Au Hasard

Comment placer ses affaires dans son sac de Voyage ?

Tout d’abord on se fait confiance : « un pantalon, un short, 5/6 T-Shirts et hop c’est bouclé ! ». Puis vous comptez les jours jusqu’au départ et là…c’est le drame : votre sac (backpack) s’alourdit, et s’additionnent les vêtements (allez une belle chemise, on ne sait jamais si je devais faire une soirée habillée, exceptionnellement), la trousse de toilette bien complète, la pharmacie, les chargeurs, la serviette, l’appareil photo… Prise de conscience : 17 kilos sur la balance, et la peur d’ouvrir la fermeture éclair et de voir tout le contenu que vous avez enfin réussi à tasser pour votre Voyage se faire la malle.

Cet article ne vous présentera pas une liste détaillée de ce qu’il y a à emmener ! Nous vous donnons surtout ici quelques bonnes pratiques pour partir tout en confort et sans superflus. Là où ce soucis reste gérable pour un court séjour comprenant peu de déplacement, il sera à bien considérer pour les projets plus importants de 2/3 semaines ou plus.

Se demander de quoi l’on a réellement besoin ?

Le road-trip, pour être vécu complètement, nécessite bien évidemment de savoir s’alléger un peu le dos (et l’esprit, les deux iront souvent ensemble lors d’un bon séjour à crapahuter dans un environnement nouveau).
D’où cette question : « de quoi ai-je réellement besoin ? ». N’importe quel baroudeur aguerri a qui l’on poserait la question vous dira qu’à ses début, son sac était trop rempli d’affaires inutiles qui ne lui ont jamais servi.

Exemple de base : Un sac de couchage ? Aucun intérêt la plupart du temps si vous logez en auberge, chez l’habitant ou à l’hôtel. Oui, même le tout petit compact « au cas où ».

Habits et météo

On se dit que l’on part dans un pays « chaud », « froid », « pluvieux » sans trop se poser de question, et au final on bourre son sac de vêtements pas forcément adaptés.La quantité pose une autre question à laquelle une simple réponse s’impose : osez prendre bien moins d’habits et sortez vous-en avec une lessive à main, ou en les faisant laver sur place. Certains prendront pour 3 jours de vêtements, d’autres pour une semaine, dépendamment de ce qui vous met le plus à l’aise. Quoi qu’il en soit, inutile de faire de plein et de vous alourdir !

Au-delà de 5-7 jours, commencez à vous poser des questions, surtout si vous comptez être mobile. Vous prendrez vite le coup de main à force, et connaîtrez vos usages plus facilement d’un voyage à l’autre (un simple coupe-vent avec capuche, ultraléger (le poids du plastique), fait néanmoins toujours l’unanimité chez nos Tripeurs !).

Évitez les sacs trop volumineux

…à moins de camper ! Vous aurez pu le voir ailleurs sur le site, mais nous sommes plutôt contre les sacs de plus de 60L (mettons 65L, avec extension). Déjà le sac en lui même sera plus lourd, mais en plus la sensation d’espace supplémentaire aura tendance à vous pousser à l’encombrement et à la surcharge (« c’est bon y’a de la place ! »). Vous serez bien étonné de voir toutes ces choses auquel vous ne toucherez pas du tout une fois sur place.

La poche principale, ou allier efficacité et équilibre du sac

On attaque la partie la plus indispensable.

En général, votre sac comprend une ouverture supérieure, afin d’accéder au ventre de la bête, et une fermeture éclair frontale ou de côté, très utile pour y glisser ou y récupérer certains éléments à des endroits précis. Il contiendra vos vêtements (roulés pour un gain de place), vos livres ou autres tablettes, vos appareils électroniques non utilisés entre deux transits; ainsi que vos possessions les plus sensibles. Votre trousse de toilette et votre pharmacie y prendront naturellement leur place (par dessus).

Certains compartimentent ces éléments à l’aide de poches en plastique semi-rigide. Pourquoi pas ! A vous de tester ce qui vous conviendra le mieux.

La règle de base est simple : ce qui lourd doit se trouver le plus possible vers et le centre, et surtout, près du dos ! Question de bras de levier : plus vous l’en éloignerez, plus vous vous sentirez tiré vers l’arrière, alors que la majorité du poids devrait plutôt reposer sur vos hanches, en exerçant un effort vertical.

La magie opère lorsque l’on cale le tout avec ses sous-vêtements, et hop ! (A ce propos, n’oubliez pas d’emporter des sachets afin d’isoler le linge sale du reste).

Les poches secondaires, pour l’équipement pratique

Les pochette du haut et de ceinture ne doivent pas contenir d’éléments de valeur. Ces entrées sont accessibles aisément par un pickpocket, notamment dans un lieu bondé. Par contre celles-ci se révèlent très utile pour ranger votre guide ou avoir vos photocopies de documents à porté de main.

Les pochettes de côté peuvent être parfaites pour ranger vos chargeurs, batteries et autres fourre-tout, et disposent en général d’une petite fermeture qui vient se cacher sous la couture et sécurise simplement l’ensemble.

Le sac d’appoint

Indispensable à notre sens. Pour jouir d’une liberté locale, se balader en ville, ou encore faire une mini-excursion dans la journée, c’est l’outil idéal.

Le backpack reste au logement, le sac d’appoint, lui, prend le relais.

Le sac d’appoint est un sac à dos classique, souple et très léger. Vous pourrez alors le rouler et le glisser sous les élastiques de votre sac principal. Il doit être complémentaire, pas supplémentaire : ne partez pas avec à la fois votre backpack ET le sac d’appoint remplis. Vous regretteriez cette erreur !

Les routards se baladant avec l’un sur le dos et l’autre sur le ventre finissent souvent par s’en mordre les doigts.

Commentaires

Commentaire(s)

Abonnez-vous pour faire le pleins d'infos Voyage !


(Vous détestez les spams ? Ça tombe bien nous aussi.)