main

Partir !photos

InstaTop n°6 : Les meilleures photos de #Voyage de la semaine

par Le Tripeur

Inst-6.png?fit=768%2C512&ssl=1

Vous reprendrez bien un petit morceau de planète ?

1. Tokyo, Japon

2. Saint-Jacques, Espagne

3. Annapurna Area, Népal

4. Timor Oriental

5. Lac Ounianga Kebir, Tchad

6. Parc Tayrona, Colombie

7. Saint-Pierre-et-Miquelon

8. Le Cap, Afrique du Sud

9. Port-au-Prince

10. Jérusalem

InspirationPartir !

Pourquoi arrêter d’attendre le moment parfait pour Voyager ?

par Le Tripeur

train-947323_1280.jpg?fit=768%2C485&ssl=1

“Ah vous les jeunes, vous avez toute la vie devant vous !”. Aucuns doutes on est partis pour faire des folies, mais en attendant entre le job et les amis/amours/famille on a parfois bien du mal à se libérer du temps.

Le Voyage reste une métaphore pas si simpliste de la vie (ou le contraire !). Il y a un début, il y a une fin, et entre deux un temps limité pour réaliser tout ce que nous avons envie d’expérimenter dans l’intervalle. Certains sont chanceux : pour eux se tailler un séjour dans le calendrier est une évidence. Pour la plupart d’entre nous cependant, c’est parfois plus compliqué que ça.

“Mais si, ça va venir ! C’est juste que là, en ce moment…”

Nous avons tous cette formidable capacité à savoir nous inventer des excuses partout où l’on regarde ; à se sentir parfois loin, très loin d’être prêt à (re)lancer la machine, noyés que nous sommes sous un océan de choses à faire. Les étoiles ne sont jamais alignées, le temps passe, les occupations s’accumulent.

J’ai toujours eu tendance à procrastiner dans mes envies de partir, et ce n’est pas faute d’avoir déjà pas mal bougé. Quand on en discute entre amis, force est de constater qu’on fait un peu tous pareil” nous explique Yann, développeur de 28 ans à Montréal.

Sa technique pour se lancer ? “Un vieux classique : me forcer à réserver un vol pour m’obliger à poser mes congés. Puis me plonger dans l’organisation de mon Voyage. Après ça je me sens soulagé car je sais que je n’aurai aucun regrets“. Et d’ajouter qu’il s’agit là de l’étape la plus difficile, celle du premier pas en avant.

Pourquoi a-t-on autant de mal à bloquer une simple date, quand bien même nous en avons dans l’absolue la possibilité et l’envie profonde ?

Il n’y a là aucune culpabilité à avoir. Peut-être faut-il simplement se permettre une prise de recul. Mettre en perspective le fait qu’attendre “l’instant parfait” est bien dérisoire…

“Pour l’instant…c’est pas l’idéal”

Aujourd’hui n’est peut-être pas le jour parfait, mais demain ne le sera pas non plus. Il y aura toujours une facture à payer, un travail à chercher, une tâche à compléter.

Demain il y aura toujours un doute, un besoin à combler, une urgence à laquelle faire face.

Toujours un événement Facebook à ne pas manquer ou une opportunité à ne surtout pas laisser passer.

Demain, sans cesse, d’autres viendront suggérer que ce n’est pas la bonne période, qu’il y aura le temps plus tard.

Que ce sont des risques inutiles. Que des mauvaises choses peuvent survenir.

Demain, de nouvelles attentes te feront dire “ce sera pour demain”.

Rien n’est plus perturbant que de s’entendre demander quand cessera cette bougeotte qui nous prends régulièrement

C’est quand des proches vous disent pour la première fois qu’il serait temps d’y aller mollo, voire de faire preuve d’un peu de stabilité, que la plupart d’entre nous rentrons en réflexion.

Pourtant un jour nous manquerons tous de « demain » pour Voyager, et aurons alors tous les regrets du monde de ne pas l’avoir fait tant que c’était encore possible.

Et s’il était temps de ne plus attendre ? Temps de juste “réserver son vol” ?

Oublie demain. Ce ne sera jamais le bon moment.

 

En bonus quelques paroles de sagesse du bon vieux Brel, de celles qui feront toujours un bien fou 😉 :

Partir !Récits

Aziz Abu Sarah : “Plus de Voyageurs sur les routes pour plus de tolérance”

par Le Tripeur

jerusalem-1987869_1280.jpg?fit=768%2C433&ssl=1

Aziz Abu Sarah s'est donné une mission : faire tomber les barrières culturelles pour faire naître une meilleure compréhension des peuples entre eux. Palestinien d'origine, ce passionné a eu une idée lumineuse : faire visiter Jérusalem par un binôme de guides Israélien et Palestinien. Quel meilleur message pour nous montrer à quel point Voyager nous permet de nous ouvrir à ce(ux) qu'on connait si peu ?

Partir !photos

InstaTop n°5 : Les meilleures photos de #Voyage de la semaine

par Le Tripeur

Inst-5.png?fit=768%2C512&ssl=1

Parce-qu’il ne fait jamais de mal de se laisser emporter par de nouvelles idées 🙂 …

1. Tonga

2. Samarcande, Ouzbékistan

3. Tasmanie, Australie

4. Lush Valley, Canada

5. Lac Inley, Birmanie

6. Istanbul, Turquie

7. Saint Augustin, Colombie

8. Bénin

9. Quelques part au dessus de l’Antarctique

Une publication partagée par Qantas (@qantas) le

10. Marlborough, Nouvelle-Zélande

InspirationPartir !

Arrête de Voyager, tu vas foutre ta vie en l’air.

par Le Tripeur

Voyage-vie-en-lair.jpg?fit=768%2C501&ssl=1

Le Voyage ne fera pas toute ta vie.

La plupart des jeunes gens d’aujourd’hui ressentent un besoin pressant de partir découvrir les routes du monde. C’est normal.

Tu as 20 ans, 25 ans, 28 ans. Tu es plein d’énergie, impétueux. L’existence semble t’offrir tous les chemins possibles. Du coup tu dépenses le peu d’argent que tu as et tu parcours des morceaux de monde. Tu désires ne pas te laisser attraper par la réalité, tu vois ta tête se remplir de paysages et de rencontres alors que tes poches se vident.

A quoi bon cette inconscience ?

Ton énergie d’aujourd’hui doit être investie dans ta sécurité de demain.

Te souviens-tu quand enfant tu courrais en cercle puis changeait de direction sans discontinuer ? Ça te rendait malade n’est-ce pas ? Alors pourquoi persister à faire de même à l’âge où tu devrais commencer à construire ? Pourtant tu t’entêtes.

Ce n’est pas sain. Ton cerveau est plastique. Ta jeunesse te rend sensible aux effets que provoquent le Voyage. D’aucuns disent que cela leur a ouvert des horizons et permis de penser d’une autre manière. C’est en effet le cas, et c’est dangereux. Tu ne seras plus le même. La personne que tu étais n’existera plus. Chaque découverte, chaque dialogue aura un impact sur qui tu es. Tes pensées en seront imprégnées. C’est terrifiant. Tu as eu une éducation et un cadre, c’est bien suffisant. Pourquoi chercher à l’adapter ?

Tu commenceras à te poser des questions :
 

“Pourquoi ne pas étudier une autre langue ?”

“Ai-je vraiment envie de travailler 40h par semaine avec quelques congés par an ?”

“Et si ce pays que j’ai visité me convenait mieux ?”

“Puis-je vivre heureux sans avoir autant que je le pourrais ?”

“Peut-être pourrais-je utiliser ce que j’ai appris ailleurs pour bâtir ma vie ?”

“Quel sens je veux donner à mon avenir ?”

“Le travail pour le travail vaut-il le coup ?”

 
Cette fuite en avant nuira à ta stabilité. Heureusement il faudra bien que tu achètes un jour une maison, que tu t’installes. Oh je ne parle pas d’un de ces investissements qu’on loue. Je parle de ta propriété, à toi, dont tu paieras les traites. Un emprunt, une carrière, une famille et une voiture. Faire le même trajet tous les jours est rassurant. Travailler dans un cadre déterminé est nécessaire.

On sait que l’on a réussi lorsque notre environnement nous évite ces interrogations. Une fin de semaine hors de la ville, quelques verres entre amis, c’est bien suffisant pour s’évader.

Voilà les atours d’une vie honnête et confortable.

Tu me dis qu’il y a d’autres solutions, qu’il existe d’autres moyens de se bâtir un équilibre, tu crois qu’il est possible de ne pas avoir qu’un unique foyer. Cette attitude te poussera à redéfinir le mot “normal”, tu te sentiras constamment l’envie de te dépasser. Chacun ces désirs sera un prétexte au séjour ou au projet suivant.

Pour qui te prends-tu à rêver ainsi ? Le monde est dur, les règles sont claires. Ce n’est pas toi qui en changera l’essence.

Et pourtant tu n’as de cesse d’essayer, de te confronter aux éléments comme un animal enragé, de vouloir compléter la palettes de tes émotions connues et des couleurs que tu n’a pas encore découvertes. Tu tentes de trouver dans chaque grain de sable la réponse à tes questions. Tu espères que les vents d’autre continents te souffleront de nouveaux secrets. Tu t’interdis tout fatalisme et continues de penser que tout geste, s’il est fait avec sincérité, peut changer les choses.

Tu mets en avant le changement de perspective, la tolérance à l’incertitude, l’ouverture à l’autre, la capacité à choisir, l’apprentissage, la créativité. Quel Être adapté à la société peut-il avoir besoin de tout ça ?

Tu es fou. C’est une expérience dont on ne revient pas indemne. Fonce !

 

(Edit : Vous aurez compris que cet article est dédié aux Voyageurs et n’est en aucuns cas une critique de celles et ceux ayant préféré un mode de vie plus sédentaire 🙂 )

InspirationPartir !

InstaTop n°4 : Les meilleures photos de #voyage de la semaine

par Le Tripeur

Inst-4.png?fit=768%2C512&ssl=1

1. Trolltunga Norvège

 

2. Laguna Colorada, Bolivie

 

3. Tyre, Liban

 

4. Locarno, Suisse

 

5. Arizona, Etats-Unis

 

6. Grande Muraille, Chine

 

7. Ethiopie


 

8. Volcan Chimborazo, Equateur

View this post on Instagram

Chimborazo Volcano

A post shared by Ecuador 🇪🇨 (@ecuador) on

 

9. Port d’Isafjorour, Islande

 

10. Bled, Slovénie

 

InspirationPartir !

5 questions à se poser au moment d’organiser un Voyage au long court

par Le Tripeur

VLT-1-e1480373705746.jpg?fit=768%2C512&ssl=1

Vous avez décidé que vous vouliez partir faire un Voyage, heureux rêveur que vous êtes.
Mieux : vous avez décidé que vous alliez faire un gros Voyage. Vous réfléchissez à tout ce qu’il va vous falloir prévoir et à un créneau de départ. Puis vous réalisez combien le monde est vaste… Vous vous sentez un peu perdu : tout est possible, tout est faisable, par où commencer, par où terminer ?

Respirez un grand coup, nous vous avons concocté 5 question qui vous permettrons de mieux discerner vos choix de parcours. Sans regrets.

Où tout commence : où avez-vous toujours rêver d’aller ?

vlt-5

Question simple mais dont la réponse doit sembler naturelle. Tout le monde a son endroit préféré marqué au fer rouge dans son cœur, ce fameux monument que l’on a vu en photo plus jeune et qu’on s’est toujours promis d’aller visiter ou cet aventurier mal rasé dont on rêve de suivre les traces.

Pourtant à notre aire, beaucoup se contentent d’une information immédiate et peu complète. Vous ne trouverez pas le chemin vers votre destin dans les guides de Voyage, les magazines ou les blogs. Ceux-ci restent de formidables outils pour s’inspirer, mais ne sont pas fait pour vous contenter à eux seuls dans un choix profond et personnel.

Notre petit conseil : Rappelez-vous de l’endroit où vous avez toujours rêvé d’être. Celui qui sans raisons évidentes vous a toujours semblé le plus attirant : pensez livres, pensez cuisine, pensez photos et films, croisez les infos. Êtes-vous plutôt pays en développement ou l’American way of Life vous inspire ? Ciblez puis foncez !

Qui voulez-vous être au retour ?

vlt-3

“La responsabilité du Voyage, c’est de pétrir d’un main ferme le voyageur. La responsabilité du voyageur, c’est de choisir sous quelle forme cela doit se faire.”

Anonyme

Faites l’effort de comprendre pourquoi vous partez. Peu évident, mais il y a toujours une raison à un long départ. L’envie de ne pas pénétrer trop vite le monde du travail, un besoin de prendre l’air vis-à-vis de certaines responsabilités, la recherche d’une excitation dans l’aventure… Comment désirez-vous prendre à bras le corps ces réflexions lors des longues soirées au bout du monde ? Qu’espérez-vous en retirer au retour ?

Et si c’était le moment d’apprendre une langue, de philosopher, dessiner ou de se rapprocher des autres ?

Notre petit conseil : Soyez une éponge. Beaucoup d’élément d’apprentissages et de réponses se trouvent autour de vous. Ils tirent leur essence du temps qui passe, du regard de l’autre et des kilomètres parcourus.

Combien de temps avez-vous devant vous ?

vlt-6

Encore une question d’apparence évidente, mais qui ne l’est clairement pas de part ce qu’elle implique. On a déjà vu sur les routes des voyageurs partir pour un tour du monde de 4 mois. Rien de critiquable dans cette démarche, à condition d’avoir pleinement conscience que chaque arrêt se limitera aux grands aspects de chaque pays visités.

Vous l’aurez compris, cette question du temps est mise en relief par le degré de profondeur et d’acculturation que l’on désire avoir sur place. Jusqu’à quelle point voulez-vous cocher la liste de vos envies, et à l’opposé, jusqu’où ressentez-vous le besoin de vous plonger dans la vie locale ?

Notre petit conseil : Le retour d’expérience le plus régulièrement entendu est le suivant : “je regrette de ne pas avoir eu le temps de profiter de certains lieux”. N’oubliez pas que bouger beaucoup, c’est se rendre compte de tout ce que l’on a pas eu l’opportunité de faire, et que le budget à prévoir est d’autant plus conséquent. A méditer au moment de construire sa route !

Êtes-vous prêts à relever les défis de la vie nomade ?

vlt-4

Autrement dit : jusqu’où êtes-vous confortable dans l’inconfort ? Un Voyage au long terme représente un challenge. Les moins préparés des backpackers – à supposer que vous privilégiez un petit budget – devront prendre conscience qu’ils passeront alternativement du lit au futon, passant parfois à la planche de bois en fonction de leur destination; que leur estomac sera occasionnellement mis à rude épreuve et qu’il faudra rester positif et ouvert malgré la fatigue, les coups au moral et le manque des proches.

Un tableau un peu sombre, certes, mais il faut garder en mémoire et accepter que le vrai intérêt d’un Voyage reste l’imprévu, que ce soit dans les joies des rencontres ou les galères d’un coup rude.

Notre petit conseil : De l’audace et un coup de pied là où il faut. Tout est possible à condition de l’accepter et de faire des difficultés le terreau d’une nouvelle vision sur la vie, les gens…et soi-même ! Vous avez-bien plus de ressources que vous ne l’imaginez.

Quel est votre expérience du Voyage ?

vlt-2

Votre premier Voyage ne ressemblera sans doute pas au dixième. Partez-vous seul ? En groupe ? Êtes vous habitué à réaliser vos projets sans trop vous organiser ou êtes-vous plutôt rassuré par un minimum de planification ? On peut être néovoyageur et déjà tout prêt à battre le pavé, ou expérimenté et ressentir le besoin de modérer les aventures trop intenses.
A vous de vous renseigner la possibilité de vivre votre séjour à votre manière en fonction de la destination. Quoiqu’il en soit rien n’est figé sur place !

Notre petit conseil : Oubliez les comptes Instagram féeriques et autres mises en scènes. Chacun vis ce qu’il doit vivre comme il l’entend. Ce qui n’exclue pas de s’inspirer bien évidemment ! C’est votre Voyage. Votre manière de fonctionner, et ce sans mise en scène. Vous êtes unique. Votre expérience le sera aussi.

InspirationPartir !Sur Place

Les pays les plus heureux du monde ?

par Le Tripeur

HDI-2016-e1476324702373.png?fit=768%2C450&ssl=1

Le choix de la destination est souvent cornélien. On tâte, on hésite, on lance des fléchettes sur un carte en espérant que l’aiguille se portera sur un pays que l’on affectionnera tout autant pour sa culture, ses paysages, son coût ou sa nourriture… Mais pourquoi ne pas plus simplement côtoyer les coins les plus heureux de notre belle planète ?

Ce qui rend initialement le classement annuel Happy Planet Index intéressant pour le voyageur est qu’il ne se contente pas d’estimer le bonheur des habitants, mais aussi la “durabilité” du bien-être et de l’environnement. Sont pris en compte l’espérance de vie, l’inégalité des revenus, ainsi que l’impact de la population sur son entourage. L’équation qui en résulte reste – disons le – très discutable. L’approche reste toutefois appréciable pour la grande majorité des baroudeurs, qui aiment allier contacts humains, ville et nature à leur Voyage. Petit tour de piste de ces destinations ou il ferait bon vivre. A prendre avec du recul !

#1 Le Costa Rica : 44,7 points

hpi-2016-7

Les Costa-Ricains explosent le classement. Avec le concept de pura vida qui les poussent à respecter la nature et privilégier le contact des gens aimés, une armée inexistante depuis 1949 dont l’ensemble du budget a été alloué à l’éducation et la culture, un système démocratique stable et un environnement de rêve, le Costa Rica fait office de havre de paix mondial dans une Amérique Centrale pourtant régulièrement sujette aux troubles politiques.

#2 Le Mexique : 40,7 points

hpi-2016-5

Les réformes du milieu de la santé ainsi que de fortes initiatives écologiques ont aidé le Mexique à fortement grimper dans l’index. Les inégalités restent forte, mais le défis écologique a été pris à bras le corps malgré la contribution importante des hydrocarbures à l’économie globale qui reste un véritable problème. Les valeurs d’entraide propres aux pays latino américains donnent au pays une forte cohésion qui contribue en bonne partie au bonheur de ses habitant.

#3 La Colombie : 40,7 points

hpi-2016-3

40 ans de guerre civile, des millions de déplacés, une paix assez relative avec les rebelles FARC. Comment le peuple colombien a-t-il réussi à se hisser à cette troisième place ? Il faut dire que ces derniers se déclarent globalement heureux tout en consommant peu de ressources et ce dans une économie en croissance. La population dit perçoir de manière général un meilleur avenir pour leurs enfants qu’auparavent, et la culture baignée de musique et de fêtes familiales apporte un bien-être saisissant dans les villes secondaires.

#4 Le Vanuatu : 40,6 points

hpi-2016-8

Ce chapelet d’îlots du Pacifique au faible PIB par habitant jouis cependant d’un environnement préservé et sans troubles politiques. Le fonctionnement communautaire des habitants rendent ce paisible territoire aussi agréable à visiter qu’accueillant. Pas une surprise donc.

 
 

#5 Le Vietnam : 43,0 points

hpi-2016-9
Une nation bénie par un tourisme moins agressif que chez sa consœur Thaïlandaise, une notion de la famille portée au pinacle et une forte propensions à vivre sa spiritualité au quotidien font du Vietnam une région “souriante” malgré un gouvernement omniprésent.

 

#6 et #7, Le Panama et le Nicaragua : 39,5 et 38,7 points

hpi-2016-2

On pourrait décrire ces deux pays à la manière du Costa-Rica, la stabilité politique en moins et les cartels en plus. Cependant les deux nations sont fortement apaisées depuis ces dernières années, ce qui les fait monter dans le classement, leur impact écologique étant faible.

 
 

#8 Le Bangladesh : 38,4 points

hpi-2016-6

Densément peuplé, sujet aux pires inondations et encore très pauvre malgré l’augmentation des exportation textiles, on peut se demander ce que fait ce pays dans ce classement. A contrario le Bangladesh est à la pointe des décisions environnementales et humaines. Cela nous donne au moins l’avantage de citer ce pays qui vaut largement le coup d’être découvert.

 

#9 La Thaïlande : 37,3 points

hpi-2016-1

Une Thaïlande qui s’en sort bien, mais dont la perspective est incertaine à cause d’un régime qui se durcit suite à la mort de son monarque. En dehors de ses grands sites touristiques surexploités ou d’un Bangkok plein d’excès, les habitants ont réussi à maintenir un style de vie sain. On ne peut que croiser les doigts pour que l’âme du pays reste ce qu’elle est.

 

#10 L’Équateur : 37,0 points

hpi-2016-4

Dans la suite des pays d’Amérique centrale, l’Équateur tire son épingle du jeu grâce au cercle familial et une exploitation modérée de ses ressources.

 
 
 
 

En conclusion

Ce qui ressort de l’étude détaillée est l’importance du cadre social, du spirituel et de la relation à la nature pour une vie en harmonie. Pourtant tout n’est pas rose sous certain des cieux de notre top 10. Bien que le calcul de l’index doit être pris avec des pincettes, il permet de voir sous un autre angle des destinations insoupçonnées. Une belle réflexion quoi qu’il en soit.

Abonnez-vous pour faire le pleins d'infos Voyage !


(Vous détestez les spams ? Ça tombe bien nous aussi.)