main

InspirationPartir !

Pourquoi arrêter d’attendre le moment parfait pour Voyager ?

par Le Tripeur

train-947323_1280.jpg?fit=768%2C485

“Ah vous les jeunes, vous avez toute la vie devant vous !”. Aucuns doutes on est partis pour faire des folies, mais en attendant entre le job et les amis/amours/famille on a parfois bien du mal à se libérer du temps.

Le Voyage reste une métaphore pas si simpliste de la vie (ou le contraire !). Il y a un début, il y a une fin, et entre deux un temps limité pour réaliser tout ce que nous avons envie d’expérimenter dans l’intervalle. Certains sont chanceux : pour eux se tailler un séjour dans le calendrier est une évidence. Pour la plupart d’entre nous cependant, c’est parfois plus compliqué que ça.

“Mais si, ça va venir ! C’est juste que là, en ce moment…”

Nous avons tous cette formidable capacité à savoir nous inventer des excuses partout où l’on regarde ; à se sentir parfois loin, très loin d’être prêt à (re)lancer la machine, noyés que nous sommes sous un océan de choses à faire. Les étoiles ne sont jamais alignées, le temps passe, les occupations s’accumulent.

J’ai toujours eu tendance à procrastiner dans mes envies de partir, et ce n’est pas faute d’avoir déjà pas mal bougé. Quand on en discute entre amis, force est de constater qu’on fait un peu tous pareil” nous explique Yann, développeur de 28 ans à Montréal.

Sa technique pour se lancer ? “Un vieux classique : me forcer à réserver un vol pour m’obliger à poser mes congés. Puis me plonger dans l’organisation de mon Voyage. Après ça je me sens soulagé car je sais que je n’aurai aucun regrets“. Et d’ajouter qu’il s’agit là de l’étape la plus difficile, celle du premier pas en avant.

Pourquoi a-t-on autant de mal à bloquer une simple date, quand bien même nous en avons dans l’absolue la possibilité et l’envie profonde ?

Il n’y a là aucune culpabilité à avoir. Peut-être faut-il simplement se permettre une prise de recul. Mettre en perspective le fait qu’attendre “l’instant parfait” est bien dérisoire…

“Pour l’instant…c’est pas l’idéal”

Aujourd’hui n’est peut-être pas le jour parfait, mais demain ne le sera pas non plus. Il y aura toujours une facture à payer, un travail à chercher, une tâche à compléter.

Demain il y aura toujours un doute, un besoin à combler, une urgence à laquelle faire face.

Toujours un événement Facebook à ne pas manquer ou une opportunité à ne surtout pas laisser passer.

Demain, sans cesse, d’autres viendront suggérer que ce n’est pas la bonne période, qu’il y aura le temps plus tard.

Que ce sont des risques inutiles. Que des mauvaises choses peuvent survenir.

Demain, de nouvelles attentes te feront dire “ce sera pour demain”.

Rien n’est plus perturbant que de s’entendre demander quand cessera cette bougeotte qui nous prends régulièrement

C’est quand des proches vous disent pour la première fois qu’il serait temps d’y aller mollo, voire de faire preuve d’un peu de stabilité, que la plupart d’entre nous rentrons en réflexion.

Pourtant un jour nous manquerons tous de « demain » pour Voyager, et aurons alors tous les regrets du monde de ne pas l’avoir fait tant que c’était encore possible.

Et s’il était temps de ne plus attendre ? Temps de juste “réserver son vol” ?

Oublie demain. Ce ne sera jamais le bon moment.

 

En bonus quelques paroles de sagesse du bon vieux Brel, de celles qui feront toujours un bien fou 😉 :

InspirationPartir !

Arrête de Voyager, tu vas foutre ta vie en l’air.

par Le Tripeur

Voyage-vie-en-lair.jpg?fit=768%2C501

Le Voyage ne fera pas toute ta vie.

La plupart des jeunes gens d’aujourd’hui ressentent un besoin pressant de partir découvrir les routes du monde. C’est normal.

Tu as 20 ans, 25 ans, 28 ans. Tu es plein d’énergie, impétueux. L’existence semble t’offrir tous les chemins possibles. Du coup tu dépenses le peu d’argent que tu as et tu parcours des morceaux de monde. Tu désires ne pas te laisser attraper par la réalité, tu vois ta tête se remplir de paysages et de rencontres alors que tes poches se vident.

A quoi bon cette inconscience ?

Ton énergie d’aujourd’hui doit être investie dans ta sécurité de demain.

Te souviens-tu quand enfant tu courrais en cercle puis changeait de direction sans discontinuer ? Ça te rendait malade n’est-ce pas ? Alors pourquoi persister à faire de même à l’âge où tu devrais commencer à construire ? Pourtant tu t’entêtes.

Ce n’est pas sain. Ton cerveau est plastique. Ta jeunesse te rend sensible aux effets que provoquent le Voyage. D’aucuns disent que cela leur a ouvert des horizons et permis de penser d’une autre manière. C’est en effet le cas, et c’est dangereux. Tu ne seras plus le même. La personne que tu étais n’existera plus. Chaque découverte, chaque dialogue aura un impact sur qui tu es. Tes pensées en seront imprégnées. C’est terrifiant. Tu as eu une éducation et un cadre, c’est bien suffisant. Pourquoi chercher à l’adapter ?

Tu commenceras à te poser des questions :
 

“Pourquoi ne pas étudier une autre langue ?”

“Ai-je vraiment envie de travailler 40h par semaine avec quelques congés par an ?”

“Et si ce pays que j’ai visité me convenait mieux ?”

“Puis-je vivre heureux sans avoir autant que je le pourrais ?”

“Peut-être pourrais-je utiliser ce que j’ai appris ailleurs pour bâtir ma vie ?”

“Quel sens je veux donner à mon avenir ?”

“Le travail pour le travail vaut-il le coup ?”

 
Cette fuite en avant nuira à ta stabilité. Heureusement il faudra bien que tu achètes un jour une maison, que tu t’installes. Oh je ne parle pas d’un de ces investissements qu’on loue. Je parle de ta propriété, à toi, dont tu paieras les traites. Un emprunt, une carrière, une famille et une voiture. Faire le même trajet tous les jours est rassurant. Travailler dans un cadre déterminé est nécessaire.

On sait que l’on a réussi lorsque notre environnement nous évite ces interrogations. Une fin de semaine hors de la ville, quelques verres entre amis, c’est bien suffisant pour s’évader.

Voilà les atours d’une vie honnête et confortable.

Tu me dis qu’il y a d’autres solutions, qu’il existe d’autres moyens de se bâtir un équilibre, tu crois qu’il est possible de ne pas avoir qu’un unique foyer. Cette attitude te poussera à redéfinir le mot “normal”, tu te sentiras constamment l’envie de te dépasser. Chacun ces désirs sera un prétexte au séjour ou au projet suivant.

Pour qui te prends-tu à rêver ainsi ? Le monde est dur, les règles sont claires. Ce n’est pas toi qui en changera l’essence.

Et pourtant tu n’as de cesse d’essayer, de te confronter aux éléments comme un animal enragé, de vouloir compléter la palettes de tes émotions connues et des couleurs que tu n’a pas encore découvertes. Tu tentes de trouver dans chaque grain de sable la réponse à tes questions. Tu espères que les vents d’autre continents te souffleront de nouveaux secrets. Tu t’interdis tout fatalisme et continues de penser que tout geste, s’il est fait avec sincérité, peut changer les choses.

Tu mets en avant le changement de perspective, la tolérance à l’incertitude, l’ouverture à l’autre, la capacité à choisir, l’apprentissage, la créativité. Quel Être adapté à la société peut-il avoir besoin de tout ça ?

Tu es fou. C’est une expérience dont on ne revient pas indemne. Fonce !

 

(Edit : Vous aurez compris que cet article est dédié aux Voyageurs et n’est en aucuns cas une critique de celles et ceux ayant préféré un mode de vie plus sédentaire 🙂 )

InspirationPartir !

InstaTop n°4 : Les meilleures photos de #voyage de la semaine

par Le Tripeur

Inst-4.png?fit=768%2C512

1. Trolltunga Norvège

 

2. Laguna Colorada, Bolivie

 

3. Tyre, Liban

 

4. Locarno, Suisse

 

5. Arizona, Etats-Unis

 

6. Grande Muraille, Chine

 

7. Ethiopie


 

8. Volcan Chimborazo, Equateur

View this post on Instagram

Chimborazo Volcano

A post shared by Ecuador 🇪🇨 (@ecuador) on

 

9. Port d’Isafjorour, Islande

 

10. Bled, Slovénie

 

InspirationPartir !

5 questions à se poser au moment d’organiser un Voyage au long court

par Le Tripeur

VLT-1-e1480373705746.jpg?fit=768%2C512

Vous avez décidé que vous vouliez partir faire un Voyage, heureux rêveur que vous êtes.
Mieux : vous avez décidé que vous alliez faire un gros Voyage. Vous réfléchissez à tout ce qu’il va vous falloir prévoir et à un créneau de départ. Puis vous réalisez combien le monde est vaste… Vous vous sentez un peu perdu : tout est possible, tout est faisable, par où commencer, par où terminer ?

Respirez un grand coup, nous vous avons concocté 5 question qui vous permettrons de mieux discerner vos choix de parcours. Sans regrets.

Où tout commence : où avez-vous toujours rêver d’aller ?

vlt-5

Question simple mais dont la réponse doit sembler naturelle. Tout le monde a son endroit préféré marqué au fer rouge dans son cœur, ce fameux monument que l’on a vu en photo plus jeune et qu’on s’est toujours promis d’aller visiter ou cet aventurier mal rasé dont on rêve de suivre les traces.

Pourtant à notre aire, beaucoup se contentent d’une information immédiate et peu complète. Vous ne trouverez pas le chemin vers votre destin dans les guides de Voyage, les magazines ou les blogs. Ceux-ci restent de formidables outils pour s’inspirer, mais ne sont pas fait pour vous contenter à eux seuls dans un choix profond et personnel.

Notre petit conseil : Rappelez-vous de l’endroit où vous avez toujours rêvé d’être. Celui qui sans raisons évidentes vous a toujours semblé le plus attirant : pensez livres, pensez cuisine, pensez photos et films, croisez les infos. Êtes-vous plutôt pays en développement ou l’American way of Life vous inspire ? Ciblez puis foncez !

Qui voulez-vous être au retour ?

vlt-3

“La responsabilité du Voyage, c’est de pétrir d’un main ferme le voyageur. La responsabilité du voyageur, c’est de choisir sous quelle forme cela doit se faire.”

Anonyme

Faites l’effort de comprendre pourquoi vous partez. Peu évident, mais il y a toujours une raison à un long départ. L’envie de ne pas pénétrer trop vite le monde du travail, un besoin de prendre l’air vis-à-vis de certaines responsabilités, la recherche d’une excitation dans l’aventure… Comment désirez-vous prendre à bras le corps ces réflexions lors des longues soirées au bout du monde ? Qu’espérez-vous en retirer au retour ?

Et si c’était le moment d’apprendre une langue, de philosopher, dessiner ou de se rapprocher des autres ?

Notre petit conseil : Soyez une éponge. Beaucoup d’élément d’apprentissages et de réponses se trouvent autour de vous. Ils tirent leur essence du temps qui passe, du regard de l’autre et des kilomètres parcourus.

Combien de temps avez-vous devant vous ?

vlt-6

Encore une question d’apparence évidente, mais qui ne l’est clairement pas de part ce qu’elle implique. On a déjà vu sur les routes des voyageurs partir pour un tour du monde de 4 mois. Rien de critiquable dans cette démarche, à condition d’avoir pleinement conscience que chaque arrêt se limitera aux grands aspects de chaque pays visités.

Vous l’aurez compris, cette question du temps est mise en relief par le degré de profondeur et d’acculturation que l’on désire avoir sur place. Jusqu’à quelle point voulez-vous cocher la liste de vos envies, et à l’opposé, jusqu’où ressentez-vous le besoin de vous plonger dans la vie locale ?

Notre petit conseil : Le retour d’expérience le plus régulièrement entendu est le suivant : “je regrette de ne pas avoir eu le temps de profiter de certains lieux”. N’oubliez pas que bouger beaucoup, c’est se rendre compte de tout ce que l’on a pas eu l’opportunité de faire, et que le budget à prévoir est d’autant plus conséquent. A méditer au moment de construire sa route !

Êtes-vous prêts à relever les défis de la vie nomade ?

vlt-4

Autrement dit : jusqu’où êtes-vous confortable dans l’inconfort ? Un Voyage au long terme représente un challenge. Les moins préparés des backpackers – à supposer que vous privilégiez un petit budget – devront prendre conscience qu’ils passeront alternativement du lit au futon, passant parfois à la planche de bois en fonction de leur destination; que leur estomac sera occasionnellement mis à rude épreuve et qu’il faudra rester positif et ouvert malgré la fatigue, les coups au moral et le manque des proches.

Un tableau un peu sombre, certes, mais il faut garder en mémoire et accepter que le vrai intérêt d’un Voyage reste l’imprévu, que ce soit dans les joies des rencontres ou les galères d’un coup rude.

Notre petit conseil : De l’audace et un coup de pied là où il faut. Tout est possible à condition de l’accepter et de faire des difficultés le terreau d’une nouvelle vision sur la vie, les gens…et soi-même ! Vous avez-bien plus de ressources que vous ne l’imaginez.

Quel est votre expérience du Voyage ?

vlt-2

Votre premier Voyage ne ressemblera sans doute pas au dixième. Partez-vous seul ? En groupe ? Êtes vous habitué à réaliser vos projets sans trop vous organiser ou êtes-vous plutôt rassuré par un minimum de planification ? On peut être néovoyageur et déjà tout prêt à battre le pavé, ou expérimenté et ressentir le besoin de modérer les aventures trop intenses.
A vous de vous renseigner la possibilité de vivre votre séjour à votre manière en fonction de la destination. Quoiqu’il en soit rien n’est figé sur place !

Notre petit conseil : Oubliez les comptes Instagram féeriques et autres mises en scènes. Chacun vis ce qu’il doit vivre comme il l’entend. Ce qui n’exclue pas de s’inspirer bien évidemment ! C’est votre Voyage. Votre manière de fonctionner, et ce sans mise en scène. Vous êtes unique. Votre expérience le sera aussi.

InspirationPartir !Sur Place

Les pays les plus heureux du monde ?

par Le Tripeur

HDI-2016-e1476324702373.png?fit=768%2C450

Le choix de la destination est souvent cornélien. On tâte, on hésite, on lance des fléchettes sur un carte en espérant que l’aiguille se portera sur un pays que l’on affectionnera tout autant pour sa culture, ses paysages, son coût ou sa nourriture… Mais pourquoi ne pas plus simplement côtoyer les coins les plus heureux de notre belle planète ?

Ce qui rend initialement le classement annuel Happy Planet Index intéressant pour le voyageur est qu’il ne se contente pas d’estimer le bonheur des habitants, mais aussi la “durabilité” du bien-être et de l’environnement. Sont pris en compte l’espérance de vie, l’inégalité des revenus, ainsi que l’impact de la population sur son entourage. L’équation qui en résulte reste – disons le – très discutable. L’approche reste toutefois appréciable pour la grande majorité des baroudeurs, qui aiment allier contacts humains, ville et nature à leur Voyage. Petit tour de piste de ces destinations ou il ferait bon vivre. A prendre avec du recul !

#1 Le Costa Rica : 44,7 points

hpi-2016-7

Les Costa-Ricains explosent le classement. Avec le concept de pura vida qui les poussent à respecter la nature et privilégier le contact des gens aimés, une armée inexistante depuis 1949 dont l’ensemble du budget a été alloué à l’éducation et la culture, un système démocratique stable et un environnement de rêve, le Costa Rica fait office de havre de paix mondial dans une Amérique Centrale pourtant régulièrement sujette aux troubles politiques.

#2 Le Mexique : 40,7 points

hpi-2016-5

Les réformes du milieu de la santé ainsi que de fortes initiatives écologiques ont aidé le Mexique à fortement grimper dans l’index. Les inégalités restent forte, mais le défis écologique a été pris à bras le corps malgré la contribution importante des hydrocarbures à l’économie globale qui reste un véritable problème. Les valeurs d’entraide propres aux pays latino américains donnent au pays une forte cohésion qui contribue en bonne partie au bonheur de ses habitant.

#3 La Colombie : 40,7 points

hpi-2016-3

40 ans de guerre civile, des millions de déplacés, une paix assez relative avec les rebelles FARC. Comment le peuple colombien a-t-il réussi à se hisser à cette troisième place ? Il faut dire que ces derniers se déclarent globalement heureux tout en consommant peu de ressources et ce dans une économie en croissance. La population dit perçoir de manière général un meilleur avenir pour leurs enfants qu’auparavent, et la culture baignée de musique et de fêtes familiales apporte un bien-être saisissant dans les villes secondaires.

#4 Le Vanuatu : 40,6 points

hpi-2016-8

Ce chapelet d’îlots du Pacifique au faible PIB par habitant jouis cependant d’un environnement préservé et sans troubles politiques. Le fonctionnement communautaire des habitants rendent ce paisible territoire aussi agréable à visiter qu’accueillant. Pas une surprise donc.

 
 

#5 Le Vietnam : 43,0 points

hpi-2016-9
Une nation bénie par un tourisme moins agressif que chez sa consœur Thaïlandaise, une notion de la famille portée au pinacle et une forte propensions à vivre sa spiritualité au quotidien font du Vietnam une région “souriante” malgré un gouvernement omniprésent.

 

#6 et #7, Le Panama et le Nicaragua : 39,5 et 38,7 points

hpi-2016-2

On pourrait décrire ces deux pays à la manière du Costa-Rica, la stabilité politique en moins et les cartels en plus. Cependant les deux nations sont fortement apaisées depuis ces dernières années, ce qui les fait monter dans le classement, leur impact écologique étant faible.

 
 

#8 Le Bangladesh : 38,4 points

hpi-2016-6

Densément peuplé, sujet aux pires inondations et encore très pauvre malgré l’augmentation des exportation textiles, on peut se demander ce que fait ce pays dans ce classement. A contrario le Bangladesh est à la pointe des décisions environnementales et humaines. Cela nous donne au moins l’avantage de citer ce pays qui vaut largement le coup d’être découvert.

 

#9 La Thaïlande : 37,3 points

hpi-2016-1

Une Thaïlande qui s’en sort bien, mais dont la perspective est incertaine à cause d’un régime qui se durcit suite à la mort de son monarque. En dehors de ses grands sites touristiques surexploités ou d’un Bangkok plein d’excès, les habitants ont réussi à maintenir un style de vie sain. On ne peut que croiser les doigts pour que l’âme du pays reste ce qu’elle est.

 

#10 L’Équateur : 37,0 points

hpi-2016-4

Dans la suite des pays d’Amérique centrale, l’Équateur tire son épingle du jeu grâce au cercle familial et une exploitation modérée de ses ressources.

 
 
 
 

En conclusion

Ce qui ressort de l’étude détaillée est l’importance du cadre social, du spirituel et de la relation à la nature pour une vie en harmonie. Pourtant tout n’est pas rose sous certain des cieux de notre top 10. Bien que le calcul de l’index doit être pris avec des pincettes, il permet de voir sous un autre angle des destinations insoupçonnées. Une belle réflexion quoi qu’il en soit.

InspirationPartir !

Comment la Génération Y bouleverse la façon de voyager

par Le Tripeur

Gen-Y.jpg?fit=768%2C535

“Durant l’été 2011, à 21 ans, j’ai tout quitté pour partir traverser l’Asie par les terres. J’ai pris des trains qui n’étaient plus supposés rouler, j’ai vu quelques-uns des plus beaux paysages qui existent, j’ai marché 3h avec 2L d’eau pour atteindre le point le plus chaud du monde en Iran, j’ai passé des heures à l’arrière de camions filant vers l’est, j’ai découvert des saveurs dont je ne connaissais même pas l’existence.
Et tout autant que j’ai appris des centaines voire des milliers de choses en Voyage, j’ai rencontré des dizaines de baroudeurs de mon âge voyageant tout comme moi.”

La génération Y, définie comme la génération du millénaire, soit principalement les 18-35 ans, est celle qui a le plus parcouru la planète. Bien plus que ses prédécesseurs.
Les Nations-Unies l’estime désormais à 200 millions de voyageurs.

Non seulement celle-ci prend un malin plaisir à redéfinir la notion même de Voyage international, mais elle cherche en plus à donner un sens fort à cette expérience. Fini les vacances “soleil, mer et plage” ? Ce n’est pas tout à fait ça mais presque. Selon une étude de la WYSE, confédération étudiante représentant 36000 personnes de plus de 135 pays, les “Y” passent moins de temps à se prélasser dans les grandes villes ou sur la côte, et bien plus à explorer les terres. La longueur même des séjours a changé, passant d’une dizaine de jours pour leurs ainés à quasiment un mois par an en moyenne.

La vrai question est : pourquoi ?

D’aucun vous parleront du boum des médias sociaux et de la fenêtre ouverte sur l’étranger, des vidéos de road-trip qui font rêver l’étudiant comme le jeune travailleur. Cette raison tient la route, mais ne définie pas la volonté même de partir.

Il faut dire que la génération Y aura vécu des bouleversements massifs : une société en constante évolution, un monde en crise, et une foi dans le mode de vie occidental qui s’effrite. On ne pense plus sécurité, on ne pense plus premier achat d’appartement ou de maison. Ce n’est pas que l’avenir leur semble plus sombre, mais c’est que ce dernier rend tout projet sur le long terme incertain. Travailler pour une grande entreprise ne fait plus rêver ou ne garanti plus d’accomplissement personnel, et beaucoup ont la sensation qu’ils atteindront de toute façon un plafond de verre dans leur vie professionnelle. Ce projet n’attire plus autant que ce fut le cas pour leur parents.

Les Y ont ainsi mis en avant le concept d’équilibre entre travail et vie privée. L’argent n’est plus une motivation à part entière, mais un moyen d’atteindre cet équilibre personnel. Leur identité passe ainsi d’autant plus par une recherche de sens, et le voyage en est une des traductions. Tout cela pourrait se détourer en une phrase : la flexibilité dans ses choix et ses envies.

Quand on regarde le monde corporatif tel qu’il est aujourd’hui, on ne peux s’empêcher d’être méfiant et de caricaturer, peut-être pour se rassurer,” explique Adrien, disposant d’un master en management et actuellement en PVT au Canada. “L’image de l’individu louant les meilleures années de sa vie pour un travail qui ne le satisfait pas totalement, le tout en vue de réunir un peu de gains pour sa retraite, nous semble peu attirante. Nous ne sommes pas des fainéants, nous voulons simplement profiter des meilleures années de notre vie tout en exerçant une activité qui nous donne vraiment du plaisir,” explique-t-il.

Le Voyage devient alors une opportunité de faire des pauses et de laisser mûrir ses choix quant à l’avenir. Il est pour beaucoup l’occasion de réfléchir aux priorités et à comment les associer à son quotidien. Nous les Y, comprenons que passer ses 20 ans à parcourir le monde trop longtemps peut être considéré comme irresponsable et qu’il faut parfois y poser des limites. Mais nous trouvons tout aussi irrationnel de travailler dans des métiers “classiques” qui nous ennuient, simplement pour se sentir légitime. Puis si les finances peuvent suivre, alors pourquoi ne pas profiter de ce privilège ?

Le voyage comme moyen de se former ?

La résistance aux envies particulières de cette génération se traduit notamment au niveau familiale. Ce désir est souvent compris comme une prise de bon temps qui ne fera que ralentir l’accès à une bonne carrière, voire qui mettra le voyageur en question dans une situation délicate de retard vis-à-vis de ses pairs. Pourtant, plus que de fuir le monde du travail, beaucoup y voient une opportunité de le réinventer.

Le même rapport de la WYSE amène une réflexion intéressante sur le sujet : 1/4 des sondés affirment que le Voyage est ou a été pour eux l’opportunité de connaitre une nouvelle langue, d’étudier ou d’améliorer leurs compétences professionnelles. Au niveau pro, cela s’est traduit pour une majorité d’entre eux par un avantage compétitif et une capacité d’adaptation toute particulière. Nombreux sont ces jeunes voyageurs qui affirment de même que leurs Voyages ont été un déclencheur dans le choix de leur activité.

Une recherche d’authenticité

Vous l’aurez compris, les Y ne sont pas de grands fans d’agences de Voyage. La famille et les amis comptent pour beaucoup dans leur choix de destination et leur envie de partir loin se traduit de plus en plus par un retour aux sources et la découverte d’une culture locale. Si, selon Expedia, une majorité s’oriente vers l’Europe ou l’Amérique du Nord, la plupart d’entre eux désirent voyager simplement et sont plus friands du système auberge de Jeunesse ou des locations type Airbnb que des hôtels.

J’ai la sensation d’avoir toujours vécu dans un certain confort. Je ne peux que remercier mes parents de m’avoir offert cette possibilité de grandir dans un environnement où rien ne manquait” nous affirme Thomas, 26 ans, de retour de 3 semaines entre Laos et Cambodge. “Néanmoins je ressens assez régulièrement ce besoin de sortir de mon mode de vie et de vivre des moments plus difficiles, de sentir les impacts de mes choix au quotidien, mais aussi de me rendre compte de la chance que j’ai au retour.”

La génération du millénaire est une population pleine d’idéaux. Elle grandira et amènera avec elle la démocratisation de ses idées. Que l’on y voit un espoir pour l’avenir ou la résurgence de hippies 2.0, nul doute que celle-ci apportera son lot de changements. À méditer ?

InspirationPartir !

Top 10 des films de Voyage inspirants, à regarder absolument

par Le Tripeur

Films.jpg?fit=768%2C536

Simplement envie de rêver ou besoin de chercher l’inspiration pour votre prochain voyage ? Laissez-vous emporter par notre sélection de films de Voyage.

1. Carnet de Voyage

Films 1

Sûrement notre préféré. Basé sur le journal personnel de Che Guevarra, l’histoire raconte sa jeunesse quand, jeune médecin, il dse décide à partir avec son ami à travers un périple en moto en Amérique du Sud. Un bel hommage au Voyage au travers des rencontres et péripéties de notre binôme de néo-voyageurs, et à toutes les réflexions qu’apporte une telle expérience.

2. Into the Wild

Films 2

Le film a beau être récent, il est vite devenu un classique du genre. À peine diplômé, Christopher décide de tout plaquer et de partir dans une aventure qui le mènera jusqu’en Alaska, où il tentera de vivre une vie reculée dans la nature. Il y a ce qu’on vit, il y a ceux qu’on laisse, et puis ceux qu’on rencontre… Un protagoniste dont le Voyage montera à la tête et dont l’histoire vraie donne a réfléchir.

3. La Vie Rêvée de Walter Mitty

Films 3

Un fable poétique sur un grand timide au quotidien anonyme. Dans sa petite vie d’éditeur qu’il trouve sans relief, Walter ne se satisfait pas. Afin de ne pas perdre son travail, celui-ci va se décider à se lancer dans l’aventure d’une vie. Simple et terriblement efficace.

4. À Bord du Darjeeling Limited

Films 4

Film délirant sur trois frères qui ne se sont pas parlés depuis des années, et que le destin a réuni lors d’un trajet en train à travers une Inde idéalisée et pleine de couleurs. Tous souffrent de dépression et alors que rien ne semble bien se passer, une succession d’événements va les mener dans une quête de soi magnifiquement filmée.

5. L’Auberge Espagnole

Films 5

Premier épisode de ce qui est devenu une trilogie (suivie des Poupées russes et de Casse-tête Chinois). Le film raconte l’histoire de Xavier, étudiant légèrement fermé et dont l’expérience du monde se résume à peu de choses. Lors d’un Erasmus, Xavier va se retrouver logé dans une colocation barcelonaise des plus dingues, où il fera l’apprentissage d’une nouvelle vie aux côté d’étudiants internationaux. Une toile basée sur de véritables expérience et qui fait un bien fou !

6. Septs ans au Tibet

Films 6

Que c’est beau ! Un montagnard autrichien part explorer l’Himalaya à l’aube de la seconde guère mondiale. Après s’être fait capturé, celui-ci s’évade et se retrouve dans la capitale tibétaine où il rencontre le tout jeune Dalaï Lama, quelques temps avant l’invasion du pays par les forces chinoises. Cette rencontre le changera à jamais. Une belle leçon sur les capacités du Voyage changer ce que nous sommes.

7. Slumdog Millionaire

Films 7

Le mariage explosif de Bollywood et d’Hollywood. Jamal, jeune homme tout droit sorti des bidonvilles de Mumbai, se retrouve au poste après avoir gagné la finale locale de Qui veut gagner des millions. Celui-ci raconte alors aux policiers la succession d’expériences de vie qui l’ont mené à la victoire. Plein de couleurs pour un film qui donne clairement la pèche.

8. Out of Africa

Films 8

Un hommage à la beauté du continent africain. La propriétaire d’une plantation de café située au Kenya s’éprend d’un aventurier. On pensera ce qu’on veut de la romance, mais impossible de ne pas tomber amoureux des paysages fabuleux qui sont offerts aux yeux des spectateurs.

9. One Week

Films 9

Allant vers sa trentaine, Ben apprend qu’une maladie grave ne lui laisse qu’une semaine à vivre. Ce dernier plaque tout, refuse les traitements expérimentaux proposés et achète la moto de ses rêves (oui, encore une) pour rejoindre Vancouver depuis Toronto. Un film simple et efficace pour de vrais belles scènes de road-trip.

10. Le Grand Voyage

Films 10

Une étonnante surprise pour un film pourtant peu connu. Réda, la vingtaine et bachelier en Provence, se voit contraint d’accompagner son père en voiture à la Mecque. Une grande traversée d’Europe qui permettra alors aux deux protagonistes de combler le fossé générationnel et culturel.

Ce qui est marrant c’est qu’on peut constater que les films de Voyage se basent souvent sur une fuite d’un personnage face à un événement fort de sa vie. Heureusement, nul besoin d’en arriver là pour partir et vivre à fond l’expérience 🙂

InspirationPartir !

Top 10 des destinations géniales du moment, où voyager pour rien au quotidien

par Le Tripeur

Top-Cambodge-3.jpg?fit=768%2C512

Voici les dix pays coup de cœur en cette période pour voyager avec un petit budget quotidien. De quoi rouler sa bosse tout en profitant un minimum des cadeaux qu’offre la vie locale.

1. Le Cambodge

top-cambodge-2

De quoi vous sentir culpabiliser de payer si peu. Avec des lits en auberge pouvant aller en deçà des 2$ et une nourriture à se lécher les babines, le pays saura ravir les backpackers de tout poil. Bien que de retour en force, celui-ci offre de nombreux havres de pays éloignés des sentiers touristiques d’Angkor (qui reste un incontournable) ou de Sihanoukville.

2. Le Laos

top-laos

Pour tout dire, nous avons préféré ici mettre ici un Laos trop méconnu qu’un Vietnam aussi magnifique que surreprésenté. Le Laos recèle d’un multitude de petits bijoux qui ne font pas mal au portefeuille. Entre une culture préservée et des paysages bruts, le Laos est souvent décrit comme la Thaïlande avant l’arrivée du tourisme de masse.

3. L’Inde

top-india

On ne la présente plus. L’Inde reste suffisamment vaste pour profiter des joies du Voyage sac-à-dos tout en ne faisant pas une fixette sur son budget. L’idéal peut-être de se fixer dans une région donnée, à moins d’avoir plusieurs devant soit. Les primo-voyageurs auront sans aucun doute un petit coup de cœur pour le Rajasthan, excellente base pour débuter une aventure dans ce pays si particulier.

4. Le Népal

top-nepal

Petit budget à prévoir de manière générale dans un pays fascinant et à l’influence mystique. Vous adorerez ses habitants d’une bienveillance sans pareil et la sérénité qui se dégage des temples et des vues sur l’Himalaya. Parfait pour les sportifs tout comme pour les voyageurs en recherche d’un certain apaisement intérieur.

5. La Bolivie

top-bolivie

Le Tibet des Amériques, coloré et d’une culture latine profonde, la Bolivie est souvent boudée face à ses rivaux chilien, péruvien ou argentin, et nombreux sont ceux qui se contente d’y faire un tour depuis ces pays. Un bon plan pour les amoureux de grand espace et de nature éblouissante.

6. Le Honduras

top-honduras

Un valeur sûre en Amérique Centrale et moins dispendieuse que sa voisine Costa-ricaine. Les Caraïbes à porté de sous dans un univers encore peu habitué aux affres touristiques. Profitez des petites villes à l’influence hispanique, baignez-vous dans les eaux chaudes et turquoise des côtes. Et surtout oubliez de vérifier ce que vous avez dépensé pour la journée !

7. Le Sri Lanka

top-si-lanka

Encore une de ces terres à l’ombre d’une grande destination (oui on aime bien ça dans ce classement). Vous aurez l’opportunité d’allier baroude et plaisir pour un budget de moins de 15$ par jour. Une île sacrée pour un séjour pur-jus, pour peu que l’on fasse une fois de plus l’effort de sortir des sentiers habituels.

8. Madagascar

top-madagascar

Encore une île…mais au format quasi continental. Madagascar est un mélange troublant de peuples vivant dans un environnement naturel jamais vu ailleurs. Vous y voyagerez aisément environs une dizaine de dollars à la journée pour les plus économes d’entre-vous.
Du dépaysement, du vrai.

9. La Grèce

top-grece

À cause de sa situation économique, il n’a jamais été aussi peu cher de voyager en Grèce. Et si c’était le moment de redécouvrir un pays qu’on ne présente plus ? Tout aussi agréable culturellement que pour partir naviguer sur la mer Égée, en profitant de paysages trop oubliés ces dernières années.

10. La Hongrie

top-hongrie

Petit budget à l’européenne pour une destination pleine de surprises pour qui n’a jamais roulé sa bosse dans l’est du continent. Un pied en occident, un autre déjà orienté vers une certaine Asie, la Hongrie ne peut que ravir par sa densité culturelle et son activité si “danubienne”.

Il suffit d’un billet (!)

InspirationPartir !

Choisir sa destination

par Le Tripeur

Choisir-sa-destination.jpg?fit=768%2C514

Après une longue période de travail ou de stress, le besoin d’un changement d’air se fait sentir. Envie de voyager. Plusieurs destinations vous arrivent à l’idée, l’embarras du choix devient une véritable prise de tête. Pour éviter d’être confronté à ce problème, le choix de votre destination doit être subordonné à un minimum de conditions.

Cibler des destinations.

Le point de départ du choix de votre destination doit être déterminé par une bonne dose d’inspiration. Il s’agit d’opérer un choix en fonction des destinations qui vous conviennent naturellement.
Même s’il est vrai que ce choix peut se faire à tout hasard (le coup de la mappemonde qui tourne et que l’on arrête avec son doigt !), l’idéal serait de cibler des endroits précis. Il est donc judicieux de ne pas laisser de place à l’improvisation et se mettre dans une logique d’organisation à l’aide des points suivants.

Ciblez vos envies

À défaut d’être sûr de ce que l’on désir voir, il est nécessaire de se poser quelques questions sur l’expérience que l’on veut vivre :
Quel environnement ? Ville, campagne, plage, jungle, désert, lagune, steppe, etc. Un mixte de toutes ces options peut-être ?

Quelle culture globale ? Latine, asiatique, moyen-orientale, occidentale…
Quelle(s) activité(s) ? Remontée d’un pays d’un bout à l’autre, escalade, découverte culinaire et musées, etc.

Rien qu’avec ces premières questions très générales, vous devriez avoir une première intuition de vos destination potentielles.
C’est quoi la suite ? Plus de questions pour plus de précision ? Pas tout à fait selon nous, au risque de devenir un peu mécanique dans la construction de son choix…

Soyez ouvert et demandez vous “pourquoi ?”

À contre-courant de ce que vous pourrez lire ailleurs, et en considérant que vous n’êtes toujours pas bien sûr de là où vous voulez vous rendre, profitez de votre première vision pour chercher des opportunités ouvertes, plutôt qu’une destination concrète.
Les jungles et criques asiatiques et une gastronomie fine vous attire ? Faites vos premières recherches vers l’Asie du Sud-Est, regardez les types d’excursion, les types de tarifs et les vols. Pourquoi cette destination pourrait vous plaire ? Quels en sont les aspects pratiques ?

Restez créatifs

Vous rêviez du Pérou, mais les billets sont vraiment hors de prix ? Renseignez vous sur les destination parallèles, le Pérou sera encore là dans 6 mois ou 2 ans ! Profitez de ce vol à moitié prix pour Cuba ou le Brésil, demandez-vous si changer vos plans consitue un vrai soucis, et n’ayez pas de regrets !

Une fois que vous avez trouvé votre destination réservez dès que possible

Le meilleur moyen d’être sûr de partir sans se poser trop de questions, c’est encore d’acheter les billet dès que possible et de vous “contraindre” (on a connu de bien pires contraintes) à effectivement vous lancer et partir. Vous pourrez trouver dans cet article quelques bons conseils au moment de réserver.

Inspirez-vous

Des sites comme Pinterest vous permettent d’errer de photos en photo afin de vous laisser inspirer par les activités ou régions qui vous intéressent. Ceux des guides de voyage représentent un excellent moyen d’avoir un premier aperçu des pays que vous convoitez. Vos lectures, films ou discussion peuvent aussi être de bons fils d’Ariane qui vous mènerons vers votre destination rêvée…

Soyez une vrai éponge et écoutez votre sixième sens, la liste des pays à visiter est longue et la vie pas si courte !

InspirationPartir !

Oser son premier road-trip

par Le Tripeur

Oser-road-trip-3.jpg?fit=768%2C512

Pour être honnête, il n’est pas facile de faire un road-trip, surtout son premier ! Car de nombreuses questions nous traversent l’esprit. Questions qui ont plutôt tendance plutôt à renforcer une certaine appréhension. C’est après l’avoir réalisé qu’on se rend tout de suite compte que notre peur du départ n’avait pas du tout lieu d’être. En effet toutes les craintes, comme la peur de se sentir seul ou de l’inconnu, se transforment par la suite en de merveilleux souvenirs, des expériences inoubliables, des amis difficiles à oublier et une envie de repartir difficile à éviter. À votre tour de devenir un véritable backpacker.

Pourquoi la “formule” Road-Trip ?

Nous vous invitons à aller consulter la partie Pourquoi voyager ? pour bien réaliser ce que vous apportera votre périple. Pour résumé, vous ne verrez jamais meilleur compromis entre liberté, découverte et rencontre. Rarement vous aurez pu vivre une expérience aussi formatrice : l’essayer c’est l’adopter.
Cette confrontation à l’inconnu a toujours fasciné des générations de voyageurs des siècles durant, et vu naitre tout autant de manière de bousculer ses habitudes afin de s’ouvrir à l’ailleurs.

Vous avez de l’appréhension ? C’est normal et plutôt bon signe, surtout si vous êtes seul, vous allez pour la première fois agrandir votre cercle de confort comme jamais auparavant, et celui-ci vous permettra d’envisager plus de choses dans votre vie à l’avenir, c’est pas top ?

Assouvissez votre besoin d’indépendance, seul ou à plusieurs

Peut-être n’êtes vous jamais partis. Peut-être l’avez-vous déjà fait tout en restant dans des univers “contrôlés” comme un groupe, une croisière ou un hôtel, le tout émaillé d’une poignée d’excursions. Si jamais il vous est alors arrivé de ressentir la moindre pointe de frustration à vous laisser prendre par la main de cette manière, alors le voyage sac-à-dos est fait pour vous.
Les voyages organisés peuvent très bien convenir à beaucoup de monde en fonction de l’habitude ou du besoin. Dans le cas contraire n’y comptez pas pour sortir des sentiers battus et enfin prendre le temps de vous immerger pleinement dans votre environnement !

Gérez votre quotidien à votre convenance

Vous désirez bouger aujourd’hui ? Peut-être simplement lire et profiter du paysage ? Ou pourquoi pas louer un scooter et parcourir la région ? Ou monter en haut de la dune là-bas ? Vous le comprendrez, vous n’avez de compte à rendre qu’à vous même ou presque. Ces nombreuses opportunités et choix qui s’offrent à vous peuvent être perturbants au commencement, et c’est en ça que le voyage permet d’apprendre à se connaitre.
Il existe un sentiment puissant de fierté et de petitesse à contempler un paysage qui nous semble ouvert à l’infini et pousse à l’introspection. Cette liberté qui vous est jetée au visage est à la fois un accomplissement, une opportunité, et une peur qui a toujours entouré tout premier départ de ce type.

Vous vivrez enfin au quotidien, dans l’instant, avec vos choix et vos envies dans des moments magnifique d’humilité.

Apprendre à découvrir de nouvelles têtes

Sûrement la partie la plus intimidante la première fois : vous voilà débarqué à l’aéroport avec vos ami(e)s ou seul, avec cet espèce de “ok, qu’est-ce que je fais maintenant ?” qui vous assaille.
Comme vous le verrez dans nos astuces de départ, la première étape serait d’avoir eu un premier point de chute identifié. La seconde ? De garder la tête prête à se laisser approcher. Cela parait bien sûr moins nécessaire en petit groupe (ne loupez pas trop d’occasions de rencontrer d’autres personnes tout de même !), et peut être une vraie difficulté seul.

À mesure de votre avancée, vous apprendrez rapidement à équilibrer vos moments plus solo et de rencontre. Chacun a son équilibre, et une fois que vous trouverez celui-ci, ce notamment parce-que vous avez apprivoisé la destination, ne serait-ce que dans sa globalité, et vous vous rendrez alors compte combien ce que vous faites a du sens et représente une chance extraordinaire !

L’esprit humain est ainsi fait qu’il ne vous faudra pas 5 jours pour commencer à vous sentir bien dans votre nouvel environnement, et ce sans faire d’efforts particuliers. Après tout, vous vouliez le faire ce voyage non ?

Dites vous bien que vous reviendrez plus ouvert et serein que jamais

Vous aurez vécu par vous-même et élargis votre vision du monde, et c’est le plus beau cadeau que vous puissiez vous faire à vous même. Plus d’esprit critique, plus de recul sur ce qui vous entoure, donc plus de distance avec les tracas du quotidien que vous aurez appris à relativiser.

N’attendez plus, partez.

Abonnez-vous pour faire le pleins d'infos Voyage !


(Vous détestez les spams ? Ça tombe bien nous aussi.)