main

Avant le Départ

Pourquoi ne pas avoir peur des turbulences en avion ?

par Le Tripeur

Turb-1-e1476384887482.jpg?fit=768%2C512

Si vous posiez la question aux passagers, la majorité vous répondra que les turbulences sont ce qu’ils craignent le plus en l’air. Et pourtant…la phase En Route et les secousse qu’elle implique à l’occasion est la moins dangereuse du vol. Petite démystification et vulgarisation de la turbulence par un pilote.

On peut vous asséner de nombreuses vérités statistiques sur l’avion : le trafic a triplé en 40 ans alors que le nombre de crash mortel à l’année n’a jamais été aussi bas; on pourra vous dire qu’il faudrait prendre l’avion tous les jours pendant 120.000 ans pour être victime d’un accident; ou encore que le trajet en voiture pour aller à l’aéroport est plus dangereux (toujours statistiquement) que le vol que vous comptez y prendre.

Tout cela est vrai, mais ne suffit pas toujours à raisonner les plus aviophobes, et les turbulences en rendent les effets encore plus difficile, car elles matérialisent le fait d’être effectivement en l’air.

C’est quoi une turbulence ?

Une analogie pour bien cerner la chose

On vous l’a expliqué mille fois et vous n’en avez jamais compris le concept ?

Imaginez-vous en voiture, vous roulez sur une route revêtue et plane. L’avion lui vol dans un air stable et laminaire, ses ailes en suivent le tracé parfaitement. Les deux véhicules roulent ou volent sur un profil rectiligne. Pour faire simple la turbulence est une déformation de ce profil, au même titre qu’un nids de poule ou un dos d’âne sur la route :

  • Roulez à 30 km/h dans un creux, la voiture fait un rebond.
  • Roulez à 200 km/h au même endroit, et il y a des chances que la secousse soit bien plus intense.

Il en va de même pour un jet filant à 900 km/h dans un air rempli de “creux” ou de “bosses” de plusieurs dizaines de centimètres à quelques mètres, lui même en mouvement. Vous voilà en air turbulent. Mais pas d’inquiétudes pour autant !

Les avions commerciaux sont des monstres de souplesse

Une solidité à toute épreuve

Il peut être impressionnant de voir danser les ailes dans un mouvement verticale lors de fortes turbulences. C’est une manière pour la structure d’absorber les chocs. Dites-vous bien que celles-ci ont été conçues pour résister à des contraintes bien plus importantes que la plus grande turbulence jamais enregistrée dans l’histoire de l’aviation.

Les techniques progressent afin de contrer des phénomènes climatiques en perpétuelle augmentation suite au réchauffement climatique. Il suffit d’observer les derniers modèles des constructeurs Airbus et Boeing : encore plus souples et plus résistantes, les ailes de l’A350 ou du 787 sont capables de débattements de 7 mètres et ont permis une réduction de l’intensité des turbulences de plus de la moitié.

C’est bien simple, un avion ne craint structurellement pas les turbulences.

Peut-on les éviter ?

Les pilotes peuvent dans la majorité des cas prévoir l’entrée et la sortie d’une zone de turbulence grâce aux radars intégrés à l’appareil. Ceux analysent les mouvements des particules d’eau jusqu’à plusieurs dizaines de miles et peuvent en conséquent prévoir les secousses à venir. Cette méthode permet entre autre de modifier à la marge la trajectoire.

Radar météo d'un avion de ligne
Radar météo d’un avion de ligne

Cependant les turbulences sont impossibles à détecter en air clair (c’est à dire non chargé d’humidité). Les nouveaux aéronefs commencent pourtant à être équipés d’un système dit “NTDA” : chaque avion surpris par des turbulences communique directement à une centrale la présence de ces variations. L’information est partagée ensuite à tout appareil en vol.

Afin d’améliorer d’autant plus le confort, d’autres types de capteurs sont à l’étude . On peut prendre en exemple la technologie consistant à enregistrer au niveau du nez de l’avion les mouvements de l’air. Un signal est ensuite envoyé aux gouvernes pour en contrecarrer les effets.

Dites vous bien que tout cela se fait dans une optique de confort pour le passager. Eh oui, le but ici n’est pas de préserver l’avion, on vous l’a dit celui-ci se portera très bien de toute façon !

Quelles sont les types de turbulences ?

Il existe plusieurs catégories de turbulences.

A partir du niveau modéré, l’eau clapote dans les verres et des passagers peuvent se sentir inconfortables. Les pilotes y sont habitués : l’immense majorité du temps cela n’implique aucuns changements dans la conduite du vol, si ce n’est une nouvelle altitude de croisière afin d’abréger les secousses. Celles-ci ne dépassent généralement pas 5 à 15 minutes, mais peuvent être plus longues.
Ce sont les plus fortes turbulences que l’on ressentira dans la plupart des vols.

Un niveau fort à sévère représente à peine quelque heures dans toute une carrière de pilote de ligne. Les “trous d’airs” (en réalité des creux de 10-20 mètres) sont importants ainsi que les secousses. Malgré l’aspect plus impressionnant, l’avion y fera face sans soucis particulier, et ce type de phénomène reste suffisamment rare pour n’avoir jamais été vécu par la plupart des passagers.

Attachez vos ceintures !

En réalité, la vraie problématique des turbulences sont les blessures sérieuses occasionnées aux passagers par les mouvements de l’avion (plusieurs dizaines de cas par an à l’international).
A ceux qui se demandaient encore en quoi les protégerait une ceinture aussi spartiate, vous avez désormais votre réponse. Les cas de blessures par turbulence, bien que rares, sont directement dues à une omission du port de la ceinture de sécurité.

L’idéal est donc de la verrouiller une fois dans son siège et de bien suivre ces consignes de sécurité paraissant toujours un peu exagérées aux premiers abords.

Pour en finir avec la crainte des turbulences…

Comme vous pouvez le voir, nous sommes bien loin des histoires fantaisistes d’avions qui “tombent”. En réalité, ces turbulences qui cristallisent la peur en vol sont paradoxalement des événements à faible risque. De quoi faire réfléchir !

Avant le Départ

Comment acheter un billet Tour du Monde ?

par Le Tripeur

Billet-Tour-du-Monde-e1475889289844.jpg?fit=768%2C512

Vous avez toujours souhaité faire un tour du monde, mais vous craignez l’étape billet d’avion ? L’achat d’un billet Tour du Monde peut-être une étape déconcertante : il ne suffit pas d’aller sur un comparateur et l’achat demande un peu de préparation. Soyez bien conscient que la perle rare impliquera du temps et une certaine volonté.

Qu’est-ce qu’un billet tour du monde exactement ?

Les billets tour du monde ou Round The World plane ticket (RTW) en anglais ont pour but de vous faire faire un vrai tour du monde, de l’Europe à l’Océanie, en passant par l’Afrique et l’Amérique ou même l’Asie. Il s’agit d’un billet qui vous permettra de découvrir un grand nombre de pays et de villes, mais sur la durée que de votre choix (dans la limite d’un an au maximum).

Ce billet Tour du Monde vous permettra de voyager à un prix très correct et cela grâce aux différentes alliances entre les compagnies aériennes : SkyTeam, Star Alliance ou encore Oneworld.

Les avantages et inconvénients des billets Tour du Monde

Ce qui rend ce choix avantageux pour un Voyage

Si vous avez la volonté d’y passer du temps, les bénéfices que vous récolterez de votre billet seront significatifs :

  • Flexibilité : Il est valable entre 10 jours et un an, ce qui vous permet de vous organiser et choisir une courte ou longue période.
  • Liberté de mouvement : Il vous permet de visiter les 5 continents, soit plus de 180 pays et plus de 800 destinations au total (nombre qui peut varier en fonction des alliances.
  • Tous les vols sont réservés (jour et heure), ce qui permet de profiter de votre voyage tranquillement, avec un budget validé et définit en amont de votre départ.
  • Tous les billets sont généralement modifiables pour les dates et cela gratuitement (suivant les vols et les compagnies).
  • Vous pouvez faire le trajet par vos propres moyens entre différentes destinations (train, voiture, bus), cependant il faut le spécifier lors du choix des vols.

Les limites des billets Tour du Monde

Ils ont, cependant, aussi quelques « inconvénients ». En effet, plusieurs restrictions sont mises en place pour ce type de billet :

  • Le début et la fin du voyage ne doivent pas nécessairement se faire dans la même ville, mais obligatoirement dans le même pays.
  • Votre choix d’itinéraire devra obligatoirement correspondre à un tour du monde, ce qui implique un vol transpacifique et transatlantique.
  • Le nombre d’escales est limité à environ 15, tout comme le nombre d’arrêt sur les continents. Le nombre de miles est lui plafonné.
  • Il faut obligatoirement voyager soit vers l’est, soit vers l’ouest. Il est quasiment impossible de revenir sur un continent ou de faire un demi-tour.
  • Les changements de destination après validation ou durant le voyage engendrent des coûts supplémentaires qui peuvent être assez importants, suivant les dates et les destinations. C’est pourquoi il est important d’être sûr de son voyage avant toute validation, afin d’en limiter les coûts.

Les bonnes raisons d’utiliser un billet Tour du Monde

Actuellement, vous vous demandez sûrement si c’est vraiment la bonne solution et si ce choix vous correspond. En effet, si vous souhaitez visiter des pays bien spécifiques et préférez partir pour plus d’un an, cette solution ne sera peut-être pas celle qui devrait vous venir immédiatement à l’esprit.

Cependant, si vous êtes ouvert à la découverte et souhaitez pouvoir voyager sereinement partout dans le monde, en limitant l’angoisse des billets d’avion et tout cela à un prix réduit, ce billet est fait pour vous !

Des préoccupations, un état de stress et un écart de budget sont les principaux avantages qu’il peut offrir contrairement à l’achat de billets à l’unité. En effet, les vols étant pris à l’avance, aucun écart de budget ne pourra être fait, à contrario des billets à l’unité sur lesquels vous devrez vous organiser, comparer et pour finalement payer parfois beaucoup plus cher (les billets last minute par exemple, avec une chance sur deux qu’il soit à prix très réduit).

Combien cela coûte-il ?

Nécessairement, la question du prix se pose. Y-a-t-il un réel intérêt financier ? Cela vaut-il le coup ?
La question est naturelle. À vrai dire il n’y a pas de prix suivant le nombre de pays visités ou suivant le nombre d’escales, mais un prix par distances. Voici une échelle de prix par miles parcouru :

26 000 miles maximum : environ 2 000 €
29 000 miles maximum : environ 2 400 €
34 000 miles maximum : environ 2 800 €
39 000 miles maximum : environ 3 300 €

Il s’agit bien entendu d’une moyenne qui peut varier en fonction des alliances choisies et des régions, et fortement grimper selon l’originalité de votre projet. Cet investissement représente une sacrée somme, mais si vous considérez le prix par segment de vol la baisse est assez significative.

Quelques étapes à suivre

Choisir la meilleure alliance pour son itinéraire

Plusieurs alliances existent et permettent de programmer et d’estimer son parcours en fonction des pays ou des villes :

1. Celle qui offre le plus de destinations et de pays est Star Alliance, actuellement leader, elle compte environ 30 compagnies aériennes.
On peut y choisir son trajet grâce à une carte interactive qui permet d’estimer le prix approximatif de son tour du monde.

2. SkyTeam est une seconde alliance. Elle regroupe pour sa part une vingtaine de compagnies membres.
Vous pourrez également composer votre tour du monde suivant les destinations que vous souhaitez et à la suite de cela, vous recevrez un devis.

3. OneWorld, un peu plus réduit en nombre de compagnies (une dizaine), propose cependant un autre système pour estimer ses parcours : par distance parcourue ou par le nombre de régions traversées, ce qui peut être avantageux si vous privilégiez certains continents.
Il a cependant les mêmes “contraintes” que ses concurrents, comme l’obligation de traverser l’Atlantique et le Pacifique.

La réservation pas-à-pas :

  • Étape 1 : Une fois votre route déterminée, vérifiez que vous ne dépassez pas la distance acceptable sur des sites comme Webflyer. Validez sur la carte interactive de l’alliance pour éviter les mauvaises surprises.
  • Étape 2 : Bien qu’il existe des méthodes par internet, l’idéal pour éviter les soucis et malentendus est de s’y prendre par téléphone. Appelez donc les services concernés des différentes alliances et engagez les discussions sur votre trajet pour validation. Cela peut demander beaucoup de patience, et de nombreux rebondissements jusqu’à ce que vous accédiez à un responsable capable de vous réserver vos trajets en une fois.
  • Étape 3 : Réglez votre billet après vous être assuré du contenu de votre devis. Attention, ceci est parfois rendu plus compliqué si votre départ se fait depuis un autre pays que celui où vous vous trouvez !

Astuces au moment de se lancer

  • Se fixer un parcours en amont de la réservation.
  • Éviter les périodes scolaires et les grandes zones de tourisme (exemple Juillet/Aout, Décembre/Janvier).
  • Privilégiez les lignes de grands trafics aériens.
  • Évitez de faire trop de stop, cela risque de vous coûter beaucoup plus cher.
  • Pensez à vous renseigner sur les visas (exemple en Chine, la durée maximale pour les voyages est de 60 jours, donc, vous ne pourrez rester au-delà).
  • Pensez à adhérer au programme de fidélisation et accumule des miles.

Petit rappel à propos des miles

Les miles permettent de se cumuler sur l’ensemble des compagnies aériennes utilisées lors de votre voyage (compagnies du programme de l’alliance que vous aurez choisie).

Les avantages :

  • Sur-classement (lorsque c’est possible).
  • Billet d’avion moins cher, voire gratuit (suivant le vol).
  • Possibilité d’avoir des réductions sur les locations de voitures, nuits d’hôtel, etc.

Il est important de contrer toutes les idées reçues sur les tours du monde. Un certain budget est à prévoir, comme tout types de voyage, cependant l’organisation n’est pas compliquée, il faut juste s’accorder du temps afin de choisir les destinations les plus pratiques, astucieuses et qui vous font rêver.

Avant le DépartTrucs & Astuces

La liste magique pour barouder à peine 8kg sur le dos

par Le Tripeur

9kg-2.jpg?fit=768%2C506

9kg

Le sac à dos : 2kg max

Comme déjà précisé dans cet article, le choix de votre sac est primordial ! On passera donc sur le confort et l’importance d’avoir un sac suffisamment robuste pour se concentrer sur le poids de ce dernier.

Baissez le volume

Tout d’abord ne dépassez pas les 40L, voire 50 grand grand max ! Cela vous forcera à vous limiter et le sac lui même sera plus léger. Vous gagnerez déjà plusieurs centaines de grammes par rapport à un sac plus grand.

Achetez ultra-léger (ou comment gagner presque 1kg)

Il faudra sûrement un peu casser sa tirelire, mais une fois de plus ceci est à voir comme un investissement à long terme pour votre dos. Cette différence de prix provient du fait que ces sacs sont fait pour tenir tout autant le coup que les sacs traditionnels malgré l’absence d’armature. Vous pourrez ainsi gagner près d’un kilo.

Certaines marques s’en sont fait une spécialité.

Les vêtements : 2,6kg

Ah ce pantalon pâle qui vous va à merveille complétera parfaitement le jean poussiéreux lors de vos soirées. Oui…mais non. Bon, soyons honnêtes cela n’a rien de catastrophique si vous cédez, mais sachez avant tout que les habits représentent le premier ennemis d’un sac léger, ou dit autrement, l’ensemble le plus “pesant” de la plupart des sacs.

Le “kit” vestimentaire minimal du baroudeur en pays tempéré

NombreVêtementDétailPoids
2-3 (?)Hauts style T-shirts, pour votre quotidienÉvitez les couleurs trop claires, salissantes, et préférez des textiles anti-transpirantes, efficaces pour réguler la température.400g
1Sweat à capuche, pour la chaleur et les trajetsParfait pour tenir chaud ou cocooner comme il faut lorsque le soleil manque.250g
1Chemise à manche longue, pour les soirées fraiches et être « habillé »Encore une fois on n’hésitera pas à privilégier les matières haute performance et les couleurs plutôt gris clair.150g
1Jean, pour la robustesse et le côté passe-partoutIndémodable et increvable. Certain préfèront les pantalons de randonné, toujours plus légers. Mais bon il n’y a pas à dire, un bon vieux jean vous évitera des bleus et ne sentira pas même après plusieurs jours d’utilisation.800g
1Short et/ou maillot, à savoir qu’il existe des shorts hydrophobes pouvant faire du « 2 en 1 »L’un, l’autre…ou les deux ! Il existes des matières permettant de se baigner avec son short, sur lesquelles les gouttes d’eau vont perler en sortie de baignade. Très pratique, bien qu’un peu cher.120g
2-3Jours de sous-vêtements et chaussettesDes sous-vêtements traditionnels feront très bien l’affaire. Cependant certains tissus vous donnent l’opportunité de les porter plusieurs jours, à savoir que cela n’est tout de même pas très conseillé niveau hygiène intime.150g
1Paire de chaussures rando légèresDéjà imperméabilisées ou non, vous devez pouvoir tracer la route sans vous faire mal, notamment afin d’éviter les soucis au niveau du dos. De préférence souples pour être glissables dans le sac, elles seront la plupart du temps à vos pieds lors de vos trajets d’un lieu à un autre.320g
1Paire de chaussures type Newfeel en toileParfait pour les petites sorties et lavables facilement, peu de chance que vous regrettiez de les avoir prises ! Rien d’indispensable toutefois.150g
1Serviette en microfibreToute petite et séchant très vite, le choix évident100g

9kg-3

Laver ses habits

Plusieurs solutions s’offrent à vous. La plus pratique s’avère être la lessive à main : pas trop encombrant, utilisable partout, c’est efficace…mais liquide. L’autre solution tout aussi utile est le savon multifonction, autant pour le corps que pour les vêtements, il permet de faire de bonnes économies de poids. Enfin, en fonction de votre destination, vous pourrez toujours passer au pressing. Généralement pas cher, efficace, l’astuce parfaite pour les plus fainéants. Sa consistance solide peut vous permettre d’embarquer votre sac en cabine et non en soute.

C’est quoi le savon multifonction ?
Vous en entendrez souvent parler sur de nombreux sites et blogs de voyage. Ce n’est pas pour rien, certains, comme le savon du Dr Bronner’s se révèlent tout aussi utiles pour laver corps et cheveux que pour laver ses affaires, ses dents (ouioui, ses dents), comme déo, etc… Dur de ne plus faire avec une fois testé. (150g pour le tout !)

Pour ce qui est du séchage, la moindre balustrade de votre chambre fera l’affaire en une nuit, pour peu que vous n’y ayez pas pendu des vêtements détrempés en coton.

La trousse de toilette : 1kg

Mettez y les grands classiques : brosse à dent, dentifrice, nécessaire de vue, coton-tige, coupe-ongle, etc. Attention à ne pas vous surcharger, c’est si simple de prendre peu dans sa trousse… Attention une fois de plus aux liquides si vous prenez votre sac avec vous en cabine ! Ceux-ci doivent être dans des flacons n’excédant pas 100ml (dix maximum par personne).

L’électronique : de 1 à 2,5kg

C’est là où ça peut faire mal. Tout dépendra bien sûr de votre besoin en électronique.

Tablettes et smartphone

De quoi remplacer vos guides et avoir les capacités d’un ordinateur à porté de main. Pour notre part, nous pensons qu’il est toujours utile et raisonnable d’emmener son téléphone, ne serait-ce que par sécurité.
Pour les utilisateurs occasionnel d’internet, aucun besoin d’acheter du matériel haut de gamme. Vous trouverez aisément des occasions intéressantes que vous aurez moins peur d’emmener à travers les routes.

Ordinateur portable

Seulement pour les personnes désireuses de travailler ou écrire depuis l’étranger, bien que certaines tablettes s’accommodent désormais agréablement de claviers portatifs et souples. Néanmoins, si vous possédez un ordinateurs ultra-léger type MacBook Air, vous devriez pouvoir vous laisser tenter (mais n’oubliez pas que le poids du chargeur va avec !).

Livre ou liseuse ?

Vous connaissez sans aucun doute déjà la réponse. Les liseuses possèdent une autonomie importante et permettent d’emporter avec soi des milliers d’ouvrages. Certains utiliseront leur tablette, mais attention ne pas vous sentir frustré si celle-ci tombe en rade à la moitié d’un chemin de 9h de bus !

Pour les inconditionnels du livre, n’en prenez qu’un seul et vérifiez la présence de bibliothèques en langue étrangère à l’une de vos étapes. Autrement la plupart des auberges permettent l’échange de livre. Lire en anglais devrait aussi vous faciliter la vie, car vous trouverez quasiment partout des ouvrages dans cette langue.

L’appareil photo

En quelques mots : choisissez l’appareil qui vous convient. Il serait trop bête d’immortaliser tout votre séjour sur votre smartphone si vous êtes un amateur de photographie, tout comme dommage de se trimbaler un réflex dont vous n’utilisez pas la moitié des performances.
Pour ceux qui doutent, l’idéal peut être comme toujours le compromis. Désormais de très bons compacts associent qualité et petite taille. Quant au plus connaisseurs, ils savent déjà sûrement que certains hybrides n’ont plus grand chose à envier à leurs grands frère, et permettent la même souplesse dans les réglages.

Pour le reste, il est généralement plus pratique de prendre un unique objectif transtandard type 18-55mm si vous désirez rester léger. Il est en effet très rarement utile de zoomer en baroude, et en cas d’exception on se rattrape souvent en postproduction.

L’adaptateur

Le fameux que l’on oublie tout le temps.

Éléments divers : 1,5kg

Duvet ou drap de soie ?

Si vous comptez passer des nuits un peu plus fraiches ou en extérieur, optez pour un duvet. Pour tout le reste, nous n’irons pas par quatre chemins : abandonnez l’idée. Bien qu’il existe des duvets lights, la meilleure solution qui s’offre à vous est le drap de soie. Pour une centaine de grammes, il associe légèreté et chaleur, et est extrêmement compact.

En auberge ou hôtel petit budget, il vous permettra de vous isoler d’une literie douteuse ou de compléter un drap ou une couverture un peu “light”.

Chèche

Toujours pratique en cas de vent pour se protéger le cou, peut faire office de petite couverture.

Frontale

Indispensable et tellement plus pratique qu’une lampe de poche. Optez pour les LED, qui vous durerons bien plus longtemps.

Lunettes de soleil

Ne les prenez pas trop fragiles, optez pour une boite rigide et pas trop volumineuse.

La trousse à pharmacie

À compléter en fonction de vos besoins, pour plus de détail, c’est par ici !

Conclusion

Poids total
– Sac : 2kg.
– Vêtements : 2,6kg.
– Electronique : 2kg (smarphone et liseuse + appareil photo et chargeurs)
– Divers : 1,5kg

Total : 8,1kg !

…Voire moins étant donné que vous porterez une partie de vos effets sur vous. En comptant l’ensemble des bricoles que l’on accumule en route, on peut toutefois compter sur un chiffre équivalent.

Si vous avez bien suivi tous ces conseils, vous partirez léger comme une plume et votre dos saura vous en remercier. Vous gagnerez aussi bien plus en liberté de mouvement ! Ce listing peut aussi vous servir de base à minima que vous compléterez ensuite en fonction de vos besoins. Bonne préparation 🙂

Avant le DépartPartir !

Mythes et réalités de la voyageuse en solitaire

par Le Tripeur

Au-Féminin.jpg?fit=768%2C512

Pourquoi les hommes seraient-ils les seuls à jouir du privilège de partir parcourir le monde ? Bien que cela puisse paraitre quelque peu effrayant à certaines d’entre vous, nous allons démystifier les appréhensions que vous pourriez-avoir. C’est tout à fait possible ! Suivez nos conseils afin de vous préparer sereinement en vous basant sur l’expérience d’une voyageuse en solitaire.

1. L’appréhension

Le ressenti : Vous ne connaissez aucune femme qui a déjà fait cette expérience dans votre entourage, votre famille, vos ami(e)s et compagnon vous disent que ce n’est pas raisonnable. Pourtant vous la sentez bien poindre cette envie, mais elle vous fait peur. Vous ne pouvez vous empêcher de vous dire que vous serez vulnérable, seule au monde.

La vérité : Voyager c’est aussi se mettre en danger. Mais un certain danger sur lequel il est tout a fait possible d’avoir le contrôle, jusqu’à le maîtriser.

Oui c’est vrai, une femme voyageuse devra prendre plus de précaution qu’un homme. Mais ces précautions ne seront jamais aussi limitantes que vous ne le pensez, et vous pourrez jouir d’une réelle liberté dans bien des pays. Que l’on soit un homme ou une femme, jeune ou vieux, on se doit d’accepter une part d’inconnu quoi qu’il en soit alors…attention à la contamination de vos pensées par les proches ! Rassurez-les en vous renseignant : il existe des centaines et des centaines de témoignages de road-tripeuse sur internet, et il ne fait pas toujours bon de regarder le sensationnalisme des journaux sur ces questions.
En sommes, soyez informée et prête à répondre à toute question afin de prouver que vous avez le contrôle, promettez leur des messages réguliers si besoin !

2. La sécurité

Le ressenti : Vous vous dites que jamais vous ne sauriez vous défendre en cas de mauvaise rencontre, que celle-ci pourrait mal tourner.

La vérité : Cela peut aussi bien arriver à un homme. Et à quel point est-il plus dangereux pour une femme seule de rentrer en pleine nuit d’une soirée bien arrosée ? Nous ne tenterons pas de répondre à la question, mais simplement de soulever un point intéressant : c’est qu’en vous renseignant et choisissant l’environnement dans lequel vous évoluerez, vous mettrez 99,9% des risques potentiels de côté.

Le bon sens est aussi de la partie : on évitera les bijoux voyants et le maquillage devra se faire discret dans certains pays, etc.
Ce genre de situation extrême a une probabilité quasi-nulle à partir du moment où l’on sait ce que l’on fait et comment on veut le faire. Ce qui nous amène au point suivant…

3. Le choix de la destination

Le ressenti : Les pays Occidentaux vous semblent être le choix évident, bien sûr vous auriez aimé remonter le Vietnam par les terres ou visiter Cuzco mais bon, vous n’êtes pas prête pour une telle expédition.

La vérité : Il est étonnant de voir quelques faits très parlant. Par exemple, saviez-vous que vous seriez bien plus en sécurité au Swaziland, petit pays africain en bordure de l’Afrique du Sud, que dans bien des pays européens ? Bizarre ? Pas tant que ça, beaucoup de pays sont girl-friendly, citons au passage quelques destinations exotiques :

  • Le Costa Rica
  • Le Bouthan
  • L’Australie
  • La Nouvelle-Zélande
  • Le Laos
  • Singapour
  • Le Chili
  • Etc…

Et pour le reste ? Une fois de plus il est nécessaire d’aller chercher l’information, mais l’immense majorité vous sont accessibles, certains requérant un peu plus d’attention quant aux us et coutumes : port du voile, se prétendre mariée en ornant une bague à l’annulaire, ou ne pas dévoiler chevilles ou épaules par exemple.

Bref, avec un bon recul sur la vie locale et les choses à faire/ne pas faire, la plupart des destinations vous seront tout à fait ouvertes.

4. La solitude

Le ressenti : La peur de se sentir seul étreint tout voyageur mais…n’est-ce pas plus difficile de faire des rencontres en tant que femme ?

La vérité : Vous ne serez jamais seule si vous le désirez. Vous n’imaginez pas le lien qui se peut se créer avec les autres voyageurs/voyageuses et les locaux. Vous avez même un avantage : là ou beaucoup craignent de faire connaissance avec une femme accompagnée, vous sembleraient plus abordable à bien des gens curieux de vous connaitre en tout bien tout honneur.

Plus intéressant encore pour les solo, un road-tripeur a toute les chances de faire un bout de chemin avec des compagnons de routes rencontrés à l’auberge ou ailleurs au fur et à mesure des rencontres ! Et si c’était le moment de rencontrer des nouvelles têtes ?

5. Ne pensez plus aux 4 points précédents et lancez-vous !

Rien ne vous en empêche, si ce n’est des contres-vérités entendues ça et là. Et si vous le désirez, testez les endroits qui vous rassurent sur un petit séjour, et laissez vous happer par le tourbillon du voyage vers d’autres destination ! Le monde est face à vous !

Avant le DépartTrucs & Astuces

Les 10 secrets pour obtenir un vol au prix le plus bas

par Le Tripeur

Bien-choisir-son-vol.jpg?fit=768%2C512

Train, avion, bateau, de nos jours tout est bon pour partir découvrir, s’enrichir d’une nouvelle culture et de nouvelles habitudes, ou aller à la conquête d’un continent ou d’un pays encore méconnu. Petit soucis : les sites de comparaison ne le savent que trop bien.

Alors comment organiser son vol sans se faire avoir ? Quelles sont les solutions idéales pour obtenir les meilleurs prix ? Qu’est-il conseillé de faire avant de partir en avion dans un autre pays, sur un autre continent, à l’autre bout du monde ? Toutes les réponses à ces questions dans les lignes qui suivent.

Etape 0 : Supprimez vos cookies, naviguez en privé !

Vous n’avez rien compris ? Ce n’est pas grave ! Les comparateurs en ligne peuvent pister vos habitudes de connexion grâce aux cookies. Si ce n’est pas la première fois que vous venez comparer (et re-comparer) un vol donné sur leur site, ils en déduiront votre attirance pour le vol que vous regardez. Les voyagistes tenteront alors un petit coup de psychologie inversé en faisant parfois rapidement augmenter les prix, afin de presser l’achat.
Votre navigateur peut facilement s’en débarrasser, il suffira alors de continuer votre recherche en mode “privé” afin d’être tranquille de ce côté.

Autrement, essayez de regarder aux heures creuses : la nuit ou en semaine en plein après-midi, à l’heure où les sites sont le moins fréquenté (il existe même une légende pas franchement vérifiée selon laquelle le mardi à 15h serait la meilleure des heures de consultation).

1. Prendre le temps de la comparaison

De toute évidence, la première étape qui se pose pour toutes les personnes qui souhaitent profiter de leurs vacances pour partir à l’étranger est celle de la réflexion et de la comparaison. Le marché est quasi-saturé et les agences – virtuelles ou non – jouent des coudes pour plaire, tout en arrachant les tarifs les plus hauts possibles.

2. Réservez tôt…mais pas trop !

Vous comptez vous envoler en période scolaire ? Réservez tôt, généralement plus de 6 mois à l’avance afin de vous protéger du flux important de touristes qui feront indubitablement monter les prix.
En période creuse ? Les prix seront plus bas à partir de 1 à 2 mois avant votre départ.
Ceci peut varier pour les compagnies à bas-coût qui mettent généralement leurs vols en ligne seulement quelques mois à l’avance.

3. …Ou réservez très tard et croisez les doigts

Afin de remplir les places laissées vacantes, les prix peuvent baisser d’un coup, et parfois fortement. Il va vous falloir être attentifs et regarder plusieurs fois dès une semaine avant le départ, jusqu’à ce que le prix vous semble raisonnable.

Si vous n’êtes vraiment pas frileux, ça peut être l’opportunité de tenter un coup de poker en n’ayant pas prévu la destination (attention à avoir le temps de faire le visa si besoin !).

4. Un résultat vous intéresse ? Passez par le site de la compagnie, une bonne surprise peut arriver

Les promotions mises en ligne par les compagnies aériennes ne sont que rarement répercutées par les comparateurs. Prenez 5 minutes pour vérifier, on ne sait jamais !
Ceci est d’autant plus vrai pour les vols internes et les surcoût importants qu’ils affichent sur les plates-formes comparative.

5. Partez en milieu de semaine aux horaires matinaux, faites pareil pour le retour

Les économies seront bien là. Dans le but de remplir les avions, les compagnies n’hésitent pas à casser les prix d’une dizaine de pour-cents ou plus durant ces périodes considérées comme peu attrayantes.

6. Soyez flexibles

Souvent les comparateurs vous afficherons une grille décalant vos dates quelques peu, mais permettant d’obtenir un meilleur tarif. Plus de flexibilité représente plus de chance de saisir une bonne opportunité.

7. Ne craignez pas les escales

Elles restent parfois un moyen de payer bien moins cher son billet, et si l’escale se révèle très longue (15h+), voyez-y une opportunité de visiter votre ville de passage et d’y prendre un repas tout en vous offrant une marche.

Les procédures sont souvent très allégées dans ces cas, et une sortie d’aéroport ne devrait pas être trop compliquée, votre billet prouvant que vous êtes en transit.

8. Devenez membre des programmes de fidélité

…et accumulez des miles. Les miles sont attribués à chaque vol effectués au sein d’une même alliance aérienne (réunion de plusieurs compagnies en un programme de fidélisation commun).
Avec suffisamment de miles accumulés, vous devriez sans problème accéder à des prix plus bas si vous voyagez régulièrement, voire exceptionnellement vous faire surclasser ou profiter du salon VIP.

Renseignez-vous sur ces programmes, l’adhésion de base est gratuite.

9. Cherchez des aéroports différents dans le pays qui vous intéressent

Pourquoi ne pas voir cela comme une opportunité de débuter votre road-trip depuis un autre lieu, parfois rien ne vous empêche d’arriver et repartir de villes distantes.

10. Profitez des sites de “Flight Hacking”

Aucune envie de faire ce qui représente tout ce même un bon boulot ? Ces sites vous permettent pour relativement peu cher de laisser un connaisseur faire ce travail de recherche (Tripeurs que nous sommes, apprendre à optimiser sa recherche de vol soi-même devrait néanmoins être de plus en plus aisée à mesure que vous saurez composer avec les différentes astuces).

Bonne recherche et bon vol !

Avant le Départ

Enfin comprendre l’assurance Voyage

par Le Tripeur

Assurance-Voyage.jpg?fit=768%2C512

Différentes expériences pour différentes précautions, c’est ainsi que l’on pourrait résumer la manière d’aborder l’assurance Voyage. Quelle approche adopter en fonction de votre destination ? Quelles options vous sont offertes ? Petit tour de cet outil indispensable à votre Voyage.

Un élément nécessaire à un départ serein

Il va sans dire qu’il vous faut une assurance. Il va falloir un peu se retrousser les manches et bien se renseigner, chaque assurance possède des points d’attention à prendre en compte en fonction de votre manière de voyager et de vos activités, et cela nécessite de plonger son nez dans les détails au risque de payer trop cher.

Imaginez que vous louez un deux-roues (sans le permis correspondant bien sûr) et que vous vous cassez quelque chose en chutant, ou subissiez un petit accident de décompression en plongé. Sans la bonne assurance, ce n’est pas seulement votre séjour qui est gâché, mais aussi le retour et pour un bon moment.

Heureusement la plupart des surprises touchant à la santé sont plutôt bien pris en compte. Mais ne vous attendez pas forcément à vous faire rembourser votre appareil photo à 2000€ si vous n’avez pas souscrit à la bonne police.

Les éléments principaux de l’assurance Voyage à considérer

C’est l’assurance à minima que vous devriez avoir pour tout séjour. Honnêtement, ne partez pas sans être couverts par ces 4 éléments, généralement regroupés en forfait plus ou moins complets en fonction du prix et de l’assureur :

La couverture des frais de santé

Celle-ci est “la base” de toute assurance Voyage et couvre tout autant la maladie que les accidents. Elle est généralement plafonnée à un montant maximum et prend en charge tout autant le transport par ambulance que les soins directement nécessaires avant et après votre retour (dans le cas de soins à domiciles par exemple).

Évacuation d’urgence

En cas de soucis de santé nécessitant une évacuation sanitaire ou lors d’une catastrophe naturelle, voire d’une situation devenue instable sur place.

Vol ou matériel égaré

Généralement le “petit plus” qui fait augmenter les frais en fonction des éléments couverts. Elle vous permet le remboursement partiel – plus rarement complet – de vos appreils ou objets de valeur. Renseignez-vous consciencieusement car c’est souvent là que se cachent les petits caractères démontrant la méfiance de votre assureur.

Assurance annulation

Retard ou annulation de vol, hôtel réservé sans possibilité d’y loger le jour prévu, voire séjour non réalisé pour causes diverses… Celle-ci se révèle généralement extrêmement utile en cas de désagrément liée à l’organisation et peu contenir des clauses particulières en fonction des besoins.

Tout va bien, j’ai une carte bancaire !

Oui…et non ! Vous possédez une carte de crédit classique ? Attention les plafonds ne vous permettrons pas de couvrir bien plus que les petits tracas.

Vous êtes équipé d’une carte Premier (Visa) ou Gold (Mastercard) ? C’est bien mieux !

Sont notamment pris en compte :

  • Les maladies ou blessures à concurrence de 155 000€
  • Le rapatriement
  • Le conjoint ou concubin habitant a même domicile, ainsi que les enfants de moins de 25 fiscalement à charge
  • Les annulations et retards d’avion
  • Les dommages causés à des tiers>/li>
  • Les locations de véhicules

Pour plus d’information rendez-vous sur les sites Visa ou Mastercard.

Notez bien que les cartes premium vous assurent les 90 premiers jours de votre séjour, une fois sorti du pays et dans le monde entier. Au delà, il faudra souscrire à une assurance Voyage.

Pour plus de protection, il existe aussi des gammes de cartes offrant de meilleurs privilèges, à un coût supplémentaire.

Cette option peut être très intéressante, les cartes premium étant bien plus accessible qu’auparavant et à des tarifs parfois extrêmement compétitifs en fonction de votre établissement bancaire.

Autres types de couvertures complémentaires

Ce sont généralement des éléments à ajouter en sus de votre assurance de base.

Assurance Voyage 2

Les plus souscrites

  • Dommages causés à autrui (responsabilité civile)
  • Annulation sans justification
  • Sports extrêmes
  • Conditions météorologiques extrêmes
  • Perte d’emploi
  • Terrorisme
  • Assurance transport
  • Connexion aérienne râtée
  • Annulation pour causes liés à l’activité professionnelle
  • Dommages causés à autrui
  • Perte/Vol de bagage(s)
Que vous soyez fan de parapente ou amateur d’alpinisme, ne négligez pas l’assurance sports extrêmes. Autrement l’assureur pourrait ne pas complétement vous prendre en charge s’il jugeait que vous vous êtes mis sciemment en danger sans prendre vos précautions.

Tout ça c’est bien joli, mais quelle compagnie d’assurance pour mon Voyage ?

La plus représenté : AVI International

Assureur 1

Partenaires du Guide du Routard et spécialisée dans les séjours à l’étranger, celle-ci présente l’avantage de prendre efficacement en compte les particularités de votre séjour et d’être le spécialiste des longues durées.

Le multirôles : Chapka Assurances

Assureur 2

Très bonne prestation, avec une spécialisation pour les très longs séjours et tours du monde, ainsi que pour les PVT et les étudiants.

Pour les québécois : Croix Bleue

Assureur 3

Un autre spécialiste au bras long quant à son réseau dans le médical. De belles offres si vous multipliez les voyages à l’année.

…votre assureur de tous les jours ?

À ne pas négliger au moment de vous renseigner. Votre assureur peut être à même de vous assurer les prestations désirés. Étant déjà client chez lui, il peut valoir le coup d’en profiter pour obtenir une ristourne, qui sait ?

Comparez comparez comparez !

N’oubliez pas que les coûts peuvent grandement différer en fonction de nombreux critères (votre âge, votre destination, etc.)

Chaque situation reste individuelle, la meilleure chose à faire dans ce cas est de vous renseigner à fond : une traversée des États-Unis à moto à 40 ans ou une descente du Vietnam à vélo à 24 ans, et ce seront sans aucun doute deux assureurs différents qui rentreront en jeu. Néanmoins pour les baroudeurs très réguliers sans programme précis, les assureurs indiqués ci-dessus peuvent représenter un bon point de départ (encore une fois à comparer !).

En conclusion soyez prudent et libérez vous l’esprit. Ne négligez pas cet aspect important de votre Voyage, partez complétement serein !

Avant le DépartTrucs & Astuces

11 astuces au moment de se rendre à l’aéroport

par Le Tripeur

Trucs-d¬part-3.jpg?fit=768%2C512

1. Au moment de réserver votre vol, supprimez vos cookies

Les cookies permettent de tracer vos habitudes de navigation sur internet. Si les comparateurs “observent” une recherche régulière pour un vol en particulier, ils n’hésiteront pas à augmenter les tarifs, étant assurés de votre intérêt. Vous pouvez aussi utiliser le mode navigation privé de votre navigateur afin de voir les prix “réels”.

Plus d’astuces au moment de réserver son vol.

2. Gagnez de la place, roulez vos vêtements

Faites un premier pli dans le sens de la largeur de vos pantalons, shorts ou t-shirt et roulez chacun fermement sur la longueur : vous gagnerez en place sans tout froisser.
Dans le même esprit, essayez de voir si vous pouvez tasser vos chaussures supplémentaires dans votre sac en y glissant les sous-vêtements roulés !

3. Prenez un sweat sur vous

C’est doux, c’est chaud, ça fait un oreiller et ça vous servira l’air de rien de pull tout usage.

4. Placez une étiquette “fragile” sur votre bagage

Aucune garantie que celui-ci soit mieux traité, mais il se pourrait très bien que cela soit le cas, et que vous ayez la surprise de le retrouver dans les premiers du carrousel à l’arrivée !

5. Videz votre bouteille d’eau avant le passage du contrôle

Vous ne passerez pas avec des contenants de plus de 100ml. Cependant le truc peut être de passer le contrôle avec une bouteille vide que vous pourrez remplir côté passagers sans la payer au prix fort (comptez plus ou moins 4€ à Roissy autrement).

6. Prenez un stylo avec vous avant votre vol

Certains pays requièrent le remplissage d’un formulaire de douane avant l’arrivée. Les quelques stylos mis à disposition par les hôtesses et stewards sont alors pris d’assaut. Pas grand chose pour un petit plus niveau confort.

7. Passez aux toilettes avant l’atterrissage !

Généralement une demie heure avant l’arrivée. Une fois que le commandant annonce l’approche, il arrive souvent que de nombreux passagers accourent vers les cabinets avant d’être contraints à retourner à leur siège pour s’attacher. Vous éviterez ainsi que tout le monde ne vous passe devant aux douanes une fois sorti, si vous aviez une envie pressante.

8. Filez aux douanes dès que vous quittez l’appareil

La file d’attente peut-être longue dans certains pays, surtout les plus touristiques où il ne sera pas rare d’avoir une bonne heure de queue ou plus en fonction de votre horaire d’arrivé et de votre destination.
Chaque personne que vous dépasserez au moment de vous y rendre représentera plusieurs minutes d’attente en moins ! (Bien entendu, il ne s’agit pas de courir et boucler tout le monde, restez courtois !).

9. Placez-vous astucieusement autour du carrousel

Notamment par la zone d’entrée des bagages, vous éviterez éventuellement à votre sac de faire un tour complet avant d’être accessible.

10. Retirez du liquide aux distributeurs de l’aéroport

Généralement ceux-ci prélèvent une commission bien plus faible que la plupart des bureaux de change, y ajoutent des frais fixes conséquents et plus élevés que ceux des distributeurs.
Autant prélever un montent assez important : mieux vaut retirer 200$ à 3$ de frais plutôt que 4×50$ au fur et à mesure et au même tarif, qui vous reviendront alors à 12$ de frais !

11. Passez par la première épicerie venue s’il est tard et que vous avez faim

Histoire de grignoter pas cher sans devoir vous restaurer ou acheter des boissons à l’hôtel ou l’auberge.

Petit truc Bonus à ne pas louper :
Soyons honnête ça ne marche pas à chaque fois, mais sachez que dans plusieurs aéroports il vous suffit de rajouter “?.jpg” à la fin de l’URL (adresse web) pour contourner le wifi payant et afficher votre page. Ça vaut toujours le coup de tester !

 

Avant le DépartTrucs & Astuces

Quelques approches pour budgeter son trip

par Le Tripeur

Budgeter-voyage.jpg?fit=768%2C512

Ce que vous dépenserez dépendra autant de votre destination que du confort dans lequel vous désirez voyager, de où vous dormirez, du type de nourritures que vous mangerez ou boirez, des souvenirs que vous voudrez ramener ou encore du taux de change vis-à-vis de la monnaie locale. Comment s’y retrouver ?

Se poser les bonnes questions

Afin de ramener tous nos amis francophones sur un socle commun, nous parlerons ici en dollars américains. Malgré l’arrivée en force de devises comme l’euro dans les poches de backpackers, le dollar reste le dénominateur commun de beaucoup de voyageurs quand il s’agit de se rendre à l’étranger, et garde son rôle de valeur internationale de référence.
En cliquant ici, vous trouverez une première idée du taux de change auquel vous attendre. Ces taux fluctuent continuellement mais permettent d’avoir un premier aperçu de la conversion à considérer.

Le coût au quotiden

Vous trouverez sûrement sur internet plusieurs sites vous indiquant la somme nécessaire à prévoir par pays et par jour. Bien que ceux-ci représentent souvent une première idée du coût de la vie sur place, nous ne vous conseillerions jamais assez de vous en méfier. En effet, en fonction de vos objectifs gardez bien à l’esprit que cette somme peut être bien plus basse ou bien plus élevée !

Exemple : Un site annonçait les dépenses quotidiennes en Thaïlande à 62$ à la journée. En vivant une vie de routard “classique” et en évitant un tant soit peu Bangkok et ses boites de nuit délurées (qui restent une sacrée expérience), ce serait étonnant si vous ne pouviez pas voyager pour 2x moins cher dans ce pays…

En réalité, les choses se révèlent bien plus compliquées à partir du moment où les dépenses peuvent varier énormément d’un jour à l’autre, en fonction des transports et autres visites, de la ville ou de la campagne. En somme on pourra estimer un budget global et en faire une moyenne quotidienne, et il faudra rayonner autour de celle-ci à moins d’avoir un programme précis : un soir vous aurez dépensé plus, le suivant moins, de sorte qu’au retour vos comptes seront équilibrés.

Pas évident nous direz-vous ? C’est un peu là qu’est l’astuce : à partir du moment où vous voyagerez en accord avec le rythme et le confort que vous aviez prévu, vous aurez de forte chances d’être à peu près dans les clous en rentrant : il n’y a pas de secret !

Les raisons pour lesquelles on se fait parfois surprendre

Voyager sans passer par une agence, bien que cela reste la solution la moins onéreuse, peut réserver quelques surprises hors-budget. Et ça se comprend ! Qui aurait pu prévoir que vous prendriez cette bière sur cette belle petite terrasse en haut de la montagne, juste pour profiter du coucher du soleil (et comme nous vous comprenons !). Rien n’interdit de se faire plaisir, et après une semaine dans la poussière, personne ne vous en voudra d’avoir finalement opté pour un hôtel assez confortable afin de rattraper un peu de sommeil, ou tout simplement de vous permettre le burger de la honte.
C’est pourquoi il est toujours bon de légèrement surestimer son budget : le backpacking notamment pourrait vous réserver des surprises à moins d’une discipline assumée, on ajoutera alors 10% du budget quotidien ou un peu plus pour ces imprévus..

A ce titre bien des personnes oublient les coûts afférents aux excursions, entrées de musée, guides obligatoires, locations d’équipement.

Le voyage n’est pas forcément synonyme d’ascétisme, et ce genre de dépassement de budget est bien évidemment à prévoir !

Avant le DépartTrucs & Astuces

Choisir un sac à dos de Voyage

par Le Tripeur

Choisir-sac-3.jpg?fit=768%2C512

Les voyageurs les plus aventureux savent que le sac à dos est une valeur sûre. Il permet de garder les mains libres tout en bénéficiant d’un volume de stockage raisonnable. Si vous voulez dompter tous les terrains avec le minimum de contraintes, il est nécessaire de choisir un sac à dos de voyage adapté.

C’est LA grande question. Un sac à dos de voyage est à la fois un investissement, mais doit aussi être votre plus fidèle compagnon pour les années à venir. Voici quelques éléments de réponse pour éviter les soucis en road-trip (la perte d’une bretelle sur mon premier achat rappelle à mon épaule de douloureux souvenirs…!).

Choisir le confort

Les sacs à dos sont souvent utilisés dans des situations extrêmes comme les treks, de longues traversées, etc. Les voilà rapidement balancés, brutalisés et rappés contre tout type de surface. Le confort est alors primordial, tout comme la qualité de fabrication. Pour cela, préférez un sac avec dos réglable qui sera ajusté à votre corpulence. Cela implique le réglage de la hauteur et le serrage des sangles de compression. En revanche, le sac à dos ne doit pas être complètement accolé à votre dos car avoir un espace d’aération ajoute du confort.

Il importe également de choisir un sac muni d’une ceinture ventrale afin de répartir le poids, plutôt que de tout infliger à votre dos. Il aidera d’autant plus à maintenir fermement le sac lors de vos déplacements. Enfin, une matière matelassée au niveau des bretelles, de la ceinture ainsi que du dos sont nécessaires au confort.

Veiller à la fonctionnalité

Pour ne pas se tromper dans le choix de sac, évaluez d’abord le volume que vous transportez habituellement lors de vos voyages. Une contenance de 50 à 65 litres offre en général une bonne marge en termes de quantité de bagage pour un long séjour, tout en étant raisonnable en matière de volume à transporter (attention au surpoids qui peut devenir un vrai cauchemar autrement !).

Il faut également que la taille du sac soit proportionnelle à votre carrure. Par exemple, si vous êtes petits, un sac de 65 litres risquerait de vous faire perdre l’équilibre.

Idéalement votre sac ne devrait pas dépasser 20% de votre poids (bien sûr, nous on préfère vous dire 15% 😉 ) !

Outre le volume, la configuration du sac ajoute énormément dans sa fonctionnalité. Ainsi, les modèles avec des poches multiples sont les plus pratiques, soit au moins 3 ouvertures.
Les emplacements clés sont : l’ouverture interne principale pour classer les affaires volumineux et les objets sensibles, une poche en dessus permettant de ranger les affaires auxquelles vous avez le plus souvent recours (torche, téléphone, etc.) et des poches latérales pour y mettre une bouteille d’eau, un parapluie, des chargeurs etc.

Du reste, ne négligez pas l’importance d’une double fermeture éclair. Cela permet de positionner l’ouverture où vous le désirez et d’avoir une fermeture de secours lorsque l’une se casse.

Miser sur la sécurité et la qualité

En raison des conditions météorologiques potentiellement changeantes lors de votre voyage, investir dans un sac à dos imperméable est un gage de sécurité pour vos affaires.
Si, toutefois, vous ne trouvez pas un modèle 100 % imperméable, optez tout de même pour un sac à toile imperméable que vous allez recouvrir avec un protège sac étanche durant les jours de pluie. La qualité est également à chercher dans tous les détails du sac.

On vérifiera notamment que les fermetures éclairs glissent facilement sur toute leur longueur, que les coutures intérieures soient recouvertes de tissus pour une protection supplémentaire, que la toile soit suffisamment épaisse, etc.

En somme, il ne faut pas se fier aux marques pour connaitre la qualité d’un sac à dos mais bien de se référer à des critères concrets.

Ne restera plus qu’à le remplir…

Avant le DépartTrucs & Astuces

La pharmacie de Voyage

par Le Tripeur

Pharmacie-en-voyage.jpg?fit=768%2C576

Lorsque vous partez en voyage, vous devez être toujours prêt à parer quelques ennuis de santé. Seul, avec de la famille ou des amis, différents malencontreux incidents peuvent subvenir à tout moment lorsque vous serez loin de chez vous. Pas besoin d’être alarmiste, mais il est très important d’avoir toujours avec vous un minimum d’options de soin. En fonction de votre voyage et du degré d’anticipation que vous souhaitez prendre, vous trouverez ici quelques éléments au moment de faire votre pharmacie personnelle.

La trousse de secours minimale

La trousse de secours minimale doit contenir le stricte nécessaire pour une trousse individuelle basique. Vous pouvez la composer vous-même, ou l’acheter chez une pharmacie ou boutiques spécialisée. Elle sert surtout à gérer les petits incidents du quotidien ou à soigner les petite maladies.

Ce que doit contenir votre trousse à pharmacie

  • Pour arrêter un saignement : Paire de gant à usage unique
  • Réaliser une ventilation artificielle : écran facial
  • Protéger du froid (ou chaleur) : Couverture isotherme
  • Nettoyer une plaie : Tissus nettoyants (lingettes), compresses stériles, antiseptique (simple dose), flacon d’alcool à 70°.
  • Piqûres d’insectes : Pommade calmante spécial piqûre d’insecte, pince à tique
  • Écharde : Pince à épiler
  • En cas d’infection sévère : Amoxicilline
  • En cas d’inflammation. : Ibuprofène
  • En cas de mal de tête : Paracétamol
  • En cas de vomissements répétés. : Primperan
  • En cas de diarrhée chronique. : Imodium
  • En cas de réaction allergique importante. : Loratadine 10mg

Ainsi que des rouleaux de sparadrap, des pansements, bandage, paire de ciseaux pour tissus, épingle de sûreté, thermomètre et savon emballés.

La trousse de secours complète

La trousse de secours complète contient les mêmes éléments et peut être complétée par vos médicaments sur ordonnance, contre le mal des transports, le reflux acides, des anti-vomitifs, ralentisseur de transit, etc. Tout dépendra de vos besoins particuliers.

Particularité des pays humides et tropicaux
Répulsif cutané à base de DEET 50%
Serpentins anti-moustiques incandescents, diffuseurs insecticides
Moustiquaires
Désinfectant chimique des eaux de boisson

Autre

Votre destination et ce que vous serez prêt à emporter modifiera bien évidemment le contenu de votre trousse.
La plupart des médicaments suscités restent fortement conseillés. En cas de doute sur leur utilisation lisez bien la notice ou consultez votre médecin traitant avant le départ.

N’hésitez bien sûr pas à vous renseigner sur les besoins précis nécessaire à certains voyages, (un article à ce sujet devrait être publié prochainement).

Abonnez-vous pour faire le pleins d'infos Voyage !


(Vous détestez les spams ? Ça tombe bien nous aussi.)