Au Hasard

S’acheter une moto en Asie du Sud-Est pour les nuls

Acheter une moto en Asie

On ne vous apprendra rien si l’on vous dit que les deux-roues motorisés sont devenus un véritable rituel de backpacker en Asie du Sud-Est. Et à raison. Peu chers et permettant de parcourir à son rythme des paysages sublimes, ils restent un moyen privilégié de découvrir les splendeurs des arrière-pays.

Quelle moto acheter ?

Acheter une moto en Asie

Nous parlerons ici plutôt de moto, il n’est pas rare que les scooters soient considérés comme des « motos automatiques » et en pâtissent niveau coût. Pour ceux qui n’y connaissent rien, pourquoi ne pas vous trouver un camarade dans une auberge pour vous expliquer les vitesses ? Si c’est le cas roulez prudemment à vos début.

Les increvables Honda win, Honda Dreams, Honda bonus et Honda Waves

Ces pétoires (ou leur copie) représentes les modèles les plus répandus. On parle là d’une cylindrée entre 100 et 150cc, et qui dit faible cylindrée dit faible puissance. Toutefois elles ont l’avantage d’être peu chères, robustes, et connus de tous les mécanos du coin. Pour les motard frustrés par cette limitation, dites vous bien qu’il n’est pas évidant ni bon marché de taper au dessus. A savoir notamment qu’au dessus de 175cc des permis spéciaux sont généralement nécessaires. Alors soyez renseigné au moment de faire votre choix !

L’apprentissage sur boite manuelle ou semi-automatique n’est vraiment pas compliqué, surtout en semi. Une automatique (un scooter), est un vrai trou dans le budget au moment de l’achat, et on ne vous parle pas des frais lors de réparations.

Ça sera aussi un véritable atout sécurité : pouvoir rétrograder en descente sur une route mouillée et boueuse est un luxe dont il ne faut pas se priver.

L’achat : où, combien et comment.

Acheter une moto en Asie

Trouver sa moto

Le plus simple reste de se renseigner auprès d’autres backpackers dans les grandes villes (auberge ou autre, plus rarement internet). Dans ce cas il ne faut pas oublier que vous êtes entre voyageurs : le but est que tout le monde soit gagnant. Il est probable que dans ce cas la moto ait pu souffrir un peu de ses précédentes pérégrinations. Vous avez cependant l’avantage d’avoir un aperçu du voyageur face à vous et de sa manière de raconter son périple. En plus de l’apparence de la bête, vous aurez une première idée du soin apporté lors de son utilisation.

Plus cher et plus rassurant pour certains, il y a les magasins de moto. A priori vous en tirerez un véhicule assez entretenu (demandez à jeter un œil au local pour confirmer visuellement cela). Sans être délirant le prix passe souvent dans les 400/500$. A noter qu’en plus de l’achat vous recevrez si vous le désirez un petit « cours » chez certains vendeurs. Plusieurs magasins offrent une possibilité de rachat en fin de Voyage, bien pratique si votre timing est serré ou que vous ne voulez pas y passer trop de temps avant le retour. Veillez à faire inscrire sur papier le montant négocié et demandez d’y ajouter un coup de tampon dans ce cas.

Un budget de 200 à 350$

…en supposant que vous n’avez pas un bon ami local pouvant vous arranger la chose pour bien moins cher auprès d’un habitant. Cela suppose de trouver un modèle de seconde-main et bien entendu ce prix variera en fonction de la région (le Vietnam reste plus compétitif), et de l’état de la bécane.

A vérifier au moment de l’achat

Vous venez de trouver le bolide de vos rêves ? Au vu d’un budget limité, il ne s’agit pas vraiment de vérifier chaque infime détail (surtout si vous n’y connaissez rien). Voici cependant une petite revue des grand point à constater :

Les rétroviseurs sont bien présents et tiennent en place.
Pas de rouille sur le bloc moteur
Les pneux ne sont pas lisses
Les câbles au niveau du guidon et de l’embrayage sont en très bon état. Testez absolument les freins avant tout achat.
La batterie ne présente pas de traces de corrosion.
Les supensions ne sont ni trop fermes, ni trop souples.
Les feux et le klaxon fonctionnent.

En cas de doute sur un point, gardez à l’esprit que les réparations de bases vous coûteront rarement plus de quelques dollars, quelques dizaines pour les plus grosses. Il peut valoir le coups d’acheter et de passer directement chez le dépanneur après avoir demandé un tarif à celui-ci.

L’idéal reste bien sûr de pouvoir tester la moto en conditions réelles. Si c’est votre première conduite, pourquoi ne pas demander au vendeur de vous faire faire un tour si cela vous rassure ? Quoiqu’il en soit testez (ou faites tester) votre deux-roues en freinage et en vitesse jusque 60km/h, voire un peu plus. Celui-ci doit être parfaitement stable et ne pas impliquer de vibrations excessives.

Acheter une moto en Asie

Ai-je besoin d’une assurance ou d’un permis ?

L’assurance

Rien ne vous y oblige. Cependant il est bien plus prudent d’être couvert convenablement. Chaque années des visiteurs se blessent gravement sur les routes de la région. Parmi ceux-là, aucun n’a dû imaginer qu’il en serait victime un jour. Notre conseil est clairement d’être certain d’être bien protégé, surtout en cas de trajet point à point. Ne risquez pas un rapatriement à la sauvette pour quelques dizaines de pièces.

N’oubliez pas par ailleurs qu’aucune assurance ne couvrira les dommages causés à autrui ou à leur bien. Vous roulez donc à vos risques et périls. Restez extrêmement prudents, il n’y a rien de plus grisant qu’une virée à moto et il s’agit de rester responsable et modéré.

Le permis

En un mot : oui, votre permis de voiture classique suffira. Au Vietnam cependant, un permis local est théoriquement requis. Cependant les forces de l’ordre ne vous causeront pas de soucis la plupart du temps. Restez conscient que la corruption reste une réalité dans toute l’Asie du Sud-Est, et qu’il vous faudra éventuellement négocier face à un policier un peu trop zélé. Dans ce cas jouez les voyageurs désargentés et restez courtois à tout prix. Les chances sont grandes qu’à la longue celui-ci lâche l’affaire.

Beaucoup de recommandations pour beaucoup de plaisir. Pratiquée de manière responsable, la moto est un outil génial pour partir à la rencontre de la population et à l’assaut des paysages les moins fréquentés. Croyez-nous, ça vaut le coup de se lancer !

Commentaires

Commentaire(s)

Abonnez-vous pour faire le pleins d'infos Voyage !


(Vous détestez les spams ? Ça tombe bien nous aussi.)