main

Sur Place

Les outils du backpacker : comment la Lifestraw va rendre vos randos plus faciles

par Le Tripeur

Lifestraw.jpg?fit=768%2C511

Voici un petit outil qui nous a bien séduit : la Lifestraw n’est rien de plus qu’une paille filtrante vous permettant de boire sans peur l’eau des sources de ce monde.

La Lifestraw est issue de la collaboration entre une fondation à but humanitaire et l’entreprise éponyme. L’idée initial était de développer un filtre spécial, chargé d’éviter la propagation de maladies dues aux larves de Guinée en Afrique Subsaharienne. Le projet s’est développé depuis 1999 et est depuis commercialisé auprès des particuliers.

Il est bon de mentionner que l’engagement de la marque continue et qu’une partie des bénéfices est utilisée pour équiper les population ne bénéficiant pas de l’eau courante.

Côté pratique

Concrètement, ça fait quoi ?

Boire d’une eau dont on ne connait pas la provenance peut être dangereux, voire létal, surtout en pleine nature. D’après le constructeur, sont ainsi éliminés toute bactérie, virus, protozoaires et autres excès de chlore dans le robinet. Rien que ça.
Celle-ci n’est cependant pas faite pour neutraliser les produits chimiques et les métaux lourds (théoriquement vous n’auriez pas l’idée de boire l’eau des piscines, donc…).

L’utilisation est très simple : trempez l’embout dans la source d’eau puis buvez, c’est tout.

Un vrai gain de poids

Pour ceux qui ont déjà eu l’opportunité de se balader hors de toute présence humaine à l’étranger, rien de moins agréable que de devoir emporter avec soi une quantité importante d’eau.

La Lifestraw a l’avantage non négligeable de ne peser que 57g et de pouvoir filtrer jusqu’à 1000L d’eau, soit largement suffisamment pour un treck de plusieurs semaines. C’est l’aspect que nous avons le plus apprécié : inutile d’emmener avec soi des filtres de rechange, et aucun processus d’électrolyse induit, et donc zéro batterie/chargeur à prévoir.

En conclusion

Soyons honnêtes, difficile d’être en confiance à la première utilisation ! Une fois habitué, on est surpris par le côté “magique” du produit. Ce n’est pas faute de l’avoir utilisé dans les eaux verdâtres d’un lac kazakh.

Si vous pensiez en avoir l’utilisation n’hésitez plus. La Lifestraw est certes moins facile d’utilisation qu’une gourde, voire complémentaire, mais se révèlera vite indispensable si vous partez en vadrouille.

Avant le DépartTrucs & Astuces

La liste magique pour barouder à peine 8kg sur le dos

par Le Tripeur

9kg-2.jpg?fit=768%2C506

9kg

Le sac à dos : 2kg max

Comme déjà précisé dans cet article, le choix de votre sac est primordial ! On passera donc sur le confort et l’importance d’avoir un sac suffisamment robuste pour se concentrer sur le poids de ce dernier.

Baissez le volume

Tout d’abord ne dépassez pas les 40L, voire 50 grand grand max ! Cela vous forcera à vous limiter et le sac lui même sera plus léger. Vous gagnerez déjà plusieurs centaines de grammes par rapport à un sac plus grand.

Achetez ultra-léger (ou comment gagner presque 1kg)

Il faudra sûrement un peu casser sa tirelire, mais une fois de plus ceci est à voir comme un investissement à long terme pour votre dos. Cette différence de prix provient du fait que ces sacs sont fait pour tenir tout autant le coup que les sacs traditionnels malgré l’absence d’armature. Vous pourrez ainsi gagner près d’un kilo.

Certaines marques s’en sont fait une spécialité.

Les vêtements : 2,6kg

Ah ce pantalon pâle qui vous va à merveille complétera parfaitement le jean poussiéreux lors de vos soirées. Oui…mais non. Bon, soyons honnêtes cela n’a rien de catastrophique si vous cédez, mais sachez avant tout que les habits représentent le premier ennemis d’un sac léger, ou dit autrement, l’ensemble le plus “pesant” de la plupart des sacs.

Le “kit” vestimentaire minimal du baroudeur en pays tempéré

NombreVêtementDétailPoids
2-3 (?)Hauts style T-shirts, pour votre quotidienÉvitez les couleurs trop claires, salissantes, et préférez des textiles anti-transpirantes, efficaces pour réguler la température.400g
1Sweat à capuche, pour la chaleur et les trajetsParfait pour tenir chaud ou cocooner comme il faut lorsque le soleil manque.250g
1Chemise à manche longue, pour les soirées fraiches et être « habillé »Encore une fois on n’hésitera pas à privilégier les matières haute performance et les couleurs plutôt gris clair.150g
1Jean, pour la robustesse et le côté passe-partoutIndémodable et increvable. Certain préfèront les pantalons de randonné, toujours plus légers. Mais bon il n’y a pas à dire, un bon vieux jean vous évitera des bleus et ne sentira pas même après plusieurs jours d’utilisation.800g
1Short et/ou maillot, à savoir qu’il existe des shorts hydrophobes pouvant faire du « 2 en 1 »L’un, l’autre…ou les deux ! Il existes des matières permettant de se baigner avec son short, sur lesquelles les gouttes d’eau vont perler en sortie de baignade. Très pratique, bien qu’un peu cher.120g
2-3Jours de sous-vêtements et chaussettesDes sous-vêtements traditionnels feront très bien l’affaire. Cependant certains tissus vous donnent l’opportunité de les porter plusieurs jours, à savoir que cela n’est tout de même pas très conseillé niveau hygiène intime.150g
1Paire de chaussures rando légèresDéjà imperméabilisées ou non, vous devez pouvoir tracer la route sans vous faire mal, notamment afin d’éviter les soucis au niveau du dos. De préférence souples pour être glissables dans le sac, elles seront la plupart du temps à vos pieds lors de vos trajets d’un lieu à un autre.320g
1Paire de chaussures type Newfeel en toileParfait pour les petites sorties et lavables facilement, peu de chance que vous regrettiez de les avoir prises ! Rien d’indispensable toutefois.150g
1Serviette en microfibreToute petite et séchant très vite, le choix évident100g

9kg-3

Laver ses habits

Plusieurs solutions s’offrent à vous. La plus pratique s’avère être la lessive à main : pas trop encombrant, utilisable partout, c’est efficace…mais liquide. L’autre solution tout aussi utile est le savon multifonction, autant pour le corps que pour les vêtements, il permet de faire de bonnes économies de poids. Enfin, en fonction de votre destination, vous pourrez toujours passer au pressing. Généralement pas cher, efficace, l’astuce parfaite pour les plus fainéants. Sa consistance solide peut vous permettre d’embarquer votre sac en cabine et non en soute.

C’est quoi le savon multifonction ?
Vous en entendrez souvent parler sur de nombreux sites et blogs de voyage. Ce n’est pas pour rien, certains, comme le savon du Dr Bronner’s se révèlent tout aussi utiles pour laver corps et cheveux que pour laver ses affaires, ses dents (ouioui, ses dents), comme déo, etc… Dur de ne plus faire avec une fois testé. (150g pour le tout !)

Pour ce qui est du séchage, la moindre balustrade de votre chambre fera l’affaire en une nuit, pour peu que vous n’y ayez pas pendu des vêtements détrempés en coton.

La trousse de toilette : 1kg

Mettez y les grands classiques : brosse à dent, dentifrice, nécessaire de vue, coton-tige, coupe-ongle, etc. Attention à ne pas vous surcharger, c’est si simple de prendre peu dans sa trousse… Attention une fois de plus aux liquides si vous prenez votre sac avec vous en cabine ! Ceux-ci doivent être dans des flacons n’excédant pas 100ml (dix maximum par personne).

L’électronique : de 1 à 2,5kg

C’est là où ça peut faire mal. Tout dépendra bien sûr de votre besoin en électronique.

Tablettes et smartphone

De quoi remplacer vos guides et avoir les capacités d’un ordinateur à porté de main. Pour notre part, nous pensons qu’il est toujours utile et raisonnable d’emmener son téléphone, ne serait-ce que par sécurité.
Pour les utilisateurs occasionnel d’internet, aucun besoin d’acheter du matériel haut de gamme. Vous trouverez aisément des occasions intéressantes que vous aurez moins peur d’emmener à travers les routes.

Ordinateur portable

Seulement pour les personnes désireuses de travailler ou écrire depuis l’étranger, bien que certaines tablettes s’accommodent désormais agréablement de claviers portatifs et souples. Néanmoins, si vous possédez un ordinateurs ultra-léger type MacBook Air, vous devriez pouvoir vous laisser tenter (mais n’oubliez pas que le poids du chargeur va avec !).

Livre ou liseuse ?

Vous connaissez sans aucun doute déjà la réponse. Les liseuses possèdent une autonomie importante et permettent d’emporter avec soi des milliers d’ouvrages. Certains utiliseront leur tablette, mais attention ne pas vous sentir frustré si celle-ci tombe en rade à la moitié d’un chemin de 9h de bus !

Pour les inconditionnels du livre, n’en prenez qu’un seul et vérifiez la présence de bibliothèques en langue étrangère à l’une de vos étapes. Autrement la plupart des auberges permettent l’échange de livre. Lire en anglais devrait aussi vous faciliter la vie, car vous trouverez quasiment partout des ouvrages dans cette langue.

L’appareil photo

En quelques mots : choisissez l’appareil qui vous convient. Il serait trop bête d’immortaliser tout votre séjour sur votre smartphone si vous êtes un amateur de photographie, tout comme dommage de se trimbaler un réflex dont vous n’utilisez pas la moitié des performances.
Pour ceux qui doutent, l’idéal peut être comme toujours le compromis. Désormais de très bons compacts associent qualité et petite taille. Quant au plus connaisseurs, ils savent déjà sûrement que certains hybrides n’ont plus grand chose à envier à leurs grands frère, et permettent la même souplesse dans les réglages.

Pour le reste, il est généralement plus pratique de prendre un unique objectif transtandard type 18-55mm si vous désirez rester léger. Il est en effet très rarement utile de zoomer en baroude, et en cas d’exception on se rattrape souvent en postproduction.

L’adaptateur

Le fameux que l’on oublie tout le temps.

Éléments divers : 1,5kg

Duvet ou drap de soie ?

Si vous comptez passer des nuits un peu plus fraiches ou en extérieur, optez pour un duvet. Pour tout le reste, nous n’irons pas par quatre chemins : abandonnez l’idée. Bien qu’il existe des duvets lights, la meilleure solution qui s’offre à vous est le drap de soie. Pour une centaine de grammes, il associe légèreté et chaleur, et est extrêmement compact.

En auberge ou hôtel petit budget, il vous permettra de vous isoler d’une literie douteuse ou de compléter un drap ou une couverture un peu “light”.

Chèche

Toujours pratique en cas de vent pour se protéger le cou, peut faire office de petite couverture.

Frontale

Indispensable et tellement plus pratique qu’une lampe de poche. Optez pour les LED, qui vous durerons bien plus longtemps.

Lunettes de soleil

Ne les prenez pas trop fragiles, optez pour une boite rigide et pas trop volumineuse.

La trousse à pharmacie

À compléter en fonction de vos besoins, pour plus de détail, c’est par ici !

Conclusion

Poids total
– Sac : 2kg.
– Vêtements : 2,6kg.
– Electronique : 2kg (smarphone et liseuse + appareil photo et chargeurs)
– Divers : 1,5kg

Total : 8,1kg !

…Voire moins étant donné que vous porterez une partie de vos effets sur vous. En comptant l’ensemble des bricoles que l’on accumule en route, on peut toutefois compter sur un chiffre équivalent.

Si vous avez bien suivi tous ces conseils, vous partirez léger comme une plume et votre dos saura vous en remercier. Vous gagnerez aussi bien plus en liberté de mouvement ! Ce listing peut aussi vous servir de base à minima que vous compléterez ensuite en fonction de vos besoins. Bonne préparation 🙂

InspirationPartir !

Comment la Génération Y bouleverse la façon de voyager

par Le Tripeur

Gen-Y.jpg?fit=768%2C535

“Durant l’été 2011, à 21 ans, j’ai tout quitté pour partir traverser l’Asie par les terres. J’ai pris des trains qui n’étaient plus supposés rouler, j’ai vu quelques-uns des plus beaux paysages qui existent, j’ai marché 3h avec 2L d’eau pour atteindre le point le plus chaud du monde en Iran, j’ai passé des heures à l’arrière de camions filant vers l’est, j’ai découvert des saveurs dont je ne connaissais même pas l’existence.
Et tout autant que j’ai appris des centaines voire des milliers de choses en Voyage, j’ai rencontré des dizaines de baroudeurs de mon âge voyageant tout comme moi.”

La génération Y, définie comme la génération du millénaire, soit principalement les 18-35 ans, est celle qui a le plus parcouru la planète. Bien plus que ses prédécesseurs.
Les Nations-Unies l’estime désormais à 200 millions de voyageurs.

Non seulement celle-ci prend un malin plaisir à redéfinir la notion même de Voyage international, mais elle cherche en plus à donner un sens fort à cette expérience. Fini les vacances “soleil, mer et plage” ? Ce n’est pas tout à fait ça mais presque. Selon une étude de la WYSE, confédération étudiante représentant 36000 personnes de plus de 135 pays, les “Y” passent moins de temps à se prélasser dans les grandes villes ou sur la côte, et bien plus à explorer les terres. La longueur même des séjours a changé, passant d’une dizaine de jours pour leurs ainés à quasiment un mois par an en moyenne.

La vrai question est : pourquoi ?

D’aucun vous parleront du boum des médias sociaux et de la fenêtre ouverte sur l’étranger, des vidéos de road-trip qui font rêver l’étudiant comme le jeune travailleur. Cette raison tient la route, mais ne définie pas la volonté même de partir.

Il faut dire que la génération Y aura vécu des bouleversements massifs : une société en constante évolution, un monde en crise, et une foi dans le mode de vie occidental qui s’effrite. On ne pense plus sécurité, on ne pense plus premier achat d’appartement ou de maison. Ce n’est pas que l’avenir leur semble plus sombre, mais c’est que ce dernier rend tout projet sur le long terme incertain. Travailler pour une grande entreprise ne fait plus rêver ou ne garanti plus d’accomplissement personnel, et beaucoup ont la sensation qu’ils atteindront de toute façon un plafond de verre dans leur vie professionnelle. Ce projet n’attire plus autant que ce fut le cas pour leur parents.

Les Y ont ainsi mis en avant le concept d’équilibre entre travail et vie privée. L’argent n’est plus une motivation à part entière, mais un moyen d’atteindre cet équilibre personnel. Leur identité passe ainsi d’autant plus par une recherche de sens, et le voyage en est une des traductions. Tout cela pourrait se détourer en une phrase : la flexibilité dans ses choix et ses envies.

Quand on regarde le monde corporatif tel qu’il est aujourd’hui, on ne peux s’empêcher d’être méfiant et de caricaturer, peut-être pour se rassurer,” explique Adrien, disposant d’un master en management et actuellement en PVT au Canada. “L’image de l’individu louant les meilleures années de sa vie pour un travail qui ne le satisfait pas totalement, le tout en vue de réunir un peu de gains pour sa retraite, nous semble peu attirante. Nous ne sommes pas des fainéants, nous voulons simplement profiter des meilleures années de notre vie tout en exerçant une activité qui nous donne vraiment du plaisir,” explique-t-il.

Le Voyage devient alors une opportunité de faire des pauses et de laisser mûrir ses choix quant à l’avenir. Il est pour beaucoup l’occasion de réfléchir aux priorités et à comment les associer à son quotidien. Nous les Y, comprenons que passer ses 20 ans à parcourir le monde trop longtemps peut être considéré comme irresponsable et qu’il faut parfois y poser des limites. Mais nous trouvons tout aussi irrationnel de travailler dans des métiers “classiques” qui nous ennuient, simplement pour se sentir légitime. Puis si les finances peuvent suivre, alors pourquoi ne pas profiter de ce privilège ?

Le voyage comme moyen de se former ?

La résistance aux envies particulières de cette génération se traduit notamment au niveau familiale. Ce désir est souvent compris comme une prise de bon temps qui ne fera que ralentir l’accès à une bonne carrière, voire qui mettra le voyageur en question dans une situation délicate de retard vis-à-vis de ses pairs. Pourtant, plus que de fuir le monde du travail, beaucoup y voient une opportunité de le réinventer.

Le même rapport de la WYSE amène une réflexion intéressante sur le sujet : 1/4 des sondés affirment que le Voyage est ou a été pour eux l’opportunité de connaitre une nouvelle langue, d’étudier ou d’améliorer leurs compétences professionnelles. Au niveau pro, cela s’est traduit pour une majorité d’entre eux par un avantage compétitif et une capacité d’adaptation toute particulière. Nombreux sont ces jeunes voyageurs qui affirment de même que leurs Voyages ont été un déclencheur dans le choix de leur activité.

Une recherche d’authenticité

Vous l’aurez compris, les Y ne sont pas de grands fans d’agences de Voyage. La famille et les amis comptent pour beaucoup dans leur choix de destination et leur envie de partir loin se traduit de plus en plus par un retour aux sources et la découverte d’une culture locale. Si, selon Expedia, une majorité s’oriente vers l’Europe ou l’Amérique du Nord, la plupart d’entre eux désirent voyager simplement et sont plus friands du système auberge de Jeunesse ou des locations type Airbnb que des hôtels.

J’ai la sensation d’avoir toujours vécu dans un certain confort. Je ne peux que remercier mes parents de m’avoir offert cette possibilité de grandir dans un environnement où rien ne manquait” nous affirme Thomas, 26 ans, de retour de 3 semaines entre Laos et Cambodge. “Néanmoins je ressens assez régulièrement ce besoin de sortir de mon mode de vie et de vivre des moments plus difficiles, de sentir les impacts de mes choix au quotidien, mais aussi de me rendre compte de la chance que j’ai au retour.”

La génération du millénaire est une population pleine d’idéaux. Elle grandira et amènera avec elle la démocratisation de ses idées. Que l’on y voit un espoir pour l’avenir ou la résurgence de hippies 2.0, nul doute que celle-ci apportera son lot de changements. À méditer ?

Partir !photos

InstaTop n°1 : Les meilleures photos de #voyage de la semaine

par Le Tripeur

Inst.jpg?fit=768%2C512

Trouvez de nouvelles inspiration et évadez-vous en profitant de notre toute première sélection hebdomadaire des meilleures photos de backpacking.

Ouvrez grand les yeux et laissez-vous emporter !

1. Krabi, Thaïlande

 

2. Cinque Terre, Italie

 

3. Gobi Gurvansaikhan, Mongolie

 

4. Arequipa, Pérou


 

5. Montréal, Québec


 

6. Dans le bush, Autralie

 

7. Yosemite National Park, États-Unis

Voir cette publication sur Instagram

Neature

Une publication partagée par John Teters (@johnnyteets26_2) le

 

8. Masbate, Philippines

 

9. Cappadoce, Turquie

 

10. Phong-Nah, Vietnam

 

Sur PlaceTrucs & Astuces

Voyager (presque) gratuitement

par Le Tripeur

Voyager-gratuitement.jpg?fit=768%2C512

Vous cherchez à prendre le sac-à-dos sans trop ouvrir le portefeuille ? Alors cet article est fait pour vous. Pas besoin de se remplir les poches pour voyager ! Attention, cela n’est pas toujours évident et demande parfois du boulot. Mais bon, quand l’envie vous ronge et que l’argent semble vous couler entre les doigts, il faut savoir se donner non ?

Parce que pouvoir voyager ne devrait pas juste être une question d’argent, suivez le guide !

Le Volontariat

Voyager pour s’engager

gratuit-1

Servir un bonne cause tout en voyageant reste un grand classique qui apporte à la fois la satisfaction de concrétiser ses convictions, tout en permettant de parcourir les routes de pays inconnus. Il s’agit bien souvent d’apporter ses bras ou un savoir-faire dans un cadre social, humanitaire ou environnemental, avec une prise en charge variable.

Soyons honnête, ce n’est pas toujours le cas lors de courts séjours (ie. moins d’un mois), et votre volonté d’aider doit primer sur le simple objectif “voyage”. La plupart des grands organismes ne proposerons d’ailleurs que de très longs séjours (1 an ou plus), votre hébergement et les transports seront alors la plupart du temps gérés par celui-ci.

Le Wwoofing

Le Wwoofing est une autre forme de volontariat plus accessible. Il s’agit de participer à des travaux en milieu rural bio tout en étant logé et nourri par le propriétaire. C’est un bon moyen d’être immergé dans un environnement local tout en donnant un coup de main. Le concept tourne à plein et de nombreuses antennes locales s’ouvrent petit à petit à travers le monde. Une bonne occasion de rencontrer du monde tout en participant à la vie sur place.
Au delà de l’inscription, aucun échange monétaire n’est a prévoir et les séjours peuvent varier de quelques jours à plusieurs mois dans des cadres variés : ferme au Ghana, élevage de chevaux au Canada, etc.

Le financement participatif

Une belle histoire et un beau projet suffisent parfois à réunir les fonds nécessaires pour partir : pourquoi ne pas demander un coup de main au grand public sur des sites comme Ulule, KissKissBankBank ou encore Colleo ? Bien que vous n’ayez rien à perdre, ceci demande souvent de s’y prendre des mois à l’avance et réclame de donner un vrai sens à votre voyage (aider une communauté, sensibiliser sur un sujet précis, etc.), car personne ne vous donnera de l’argent si c’est juste pour vous la couler douce !
Faites votre pub dans votre entourage et sur les réseaux sociaux, vous n’imaginez pas ce que les gens sont prêt à faire pour un projet dont le but leur parle !

Volez malin

Comparez vos billets, et n’hésitez pas à choisir votre destination en fonction de l’opportunité. Le vol peut représenter un budget conséquent et demande parfois beaucoup de temps. Vous êtes fauché ? Pourquoi ne pas partir moins loin sur une low cost ? Bien voyager n’est pas forcément voyager loin.

Dormez gratuitement en Couchsurfing

Que vous ayez les moyens d’investir dans votre Voyage ou non, le Couchsurfing représente une solution extraordinaire pour à la fois loger gratuitement tout en rencontrer de vrais locaux. Le site est construit comme un réseau social où l’on contacte un hôte proposant gratuitement son logement dans un lieu désiré. Si celui-ci est disponible au moment de votre séjour, il se fera un plaisir de vous héberger. Bien entendu, il ne s’agit pas d’hôtellerie et la contrepartie est de créer du lien social (reconnaissons qu’il y a pire comme moyen d’échange). Lit ou canapé, vous ferez alors de sacrées économie tout en profitant des conseils avisés d’un habitant.

gratuit-2

Les profils que l’on y trouve sont souvent complets et permettent de plus de loger chez quelqu’un partageant les mêmes centres d’intérêts… Vous l’aurez compris, le Couchsurfing est une superbe solution de dépannage en cas de galère d’argent

L’alimentation

Autant dire que ce soucis n’en sera pas un partout : comptez moins d’un euro pour combler votre estomac dans plusieurs pays asiatiques, en général à peine plus pour du street food en Amérique du Sud. Entendons-nous cela reste variable d’un pays à l’autre.

gratuit-3

Dans la majorité des cas on favorisera la “bouffe de rue”, les échoppes et autres vendeurs ambulants qui réservent parfois de bonnes surprises avec un peu de chance et de jugeote. En Occident, la malbouffe est souvent la plus abordable si vous voyagez dans des grands centres urbains. Quoi qu’il en soit, l’une des meilleures solutions reste généralement l’épicerie, pas toujours très local mais bon un budget serré dans certains coins peut suffire à le justifier. Bien sûr évitez les en-cas et autres boissons sucrées pour éviter les dépenses superflus.

Moins de transport ?

Pas forcément! Cependant trouver un véhicule en tendant le pouce (attention, cela n’est pas autorisé partout) ou un bon covoiturage (pas disponible dans toutes les destinations) peut demander un gros investissement en temps et comporter plusieurs incertitudes. En ce sens, rester dans une région précise peut aider à éviter trop les galères dues à la distance.

Il se pourrait aussi que vous vous facilitiez la tâche en louant ou partageant les frais avec d’autres voyageurs intéressés pour se rendre au même endroit que vous. Surtout comparez tous les types de transports, un bon vieux train peut se révéler être très économique dans certains lieux de la planète.

L’échange universitaire (pour les étudiants)

gratuit-4

Vous ne travaillez pas encore ? On ne présente plus l’Erasmus qui a permis à un nombre énorme d’étudiants européens de découvrir leurs voisins. Que ce soit sur le vieux continent ou ailleurs, il existe de nombreuses bourses institutionnelles aidant les jeunes candidats à des études à l’étranger. Renseignez-vous et vous aurez probablement des bonnes surprises : des cours souvent moins chargés, l’opportunité d’apprendre une langue et du temps pour visiter les environs, que demande le peuple !

Louez ou échangez votre maison ou appartement

Malgré un coût d’inscription à l’entrée ou le prélèvement de frais, l’option est intéressante pour peu que l’on soit propriétaire d’un logement. Vous trouverez aisément plusieurs site de partage vous permettant de vous installer dans un hébergement à l’étranger en échange du vôtre. Pas toujours évident de trouver un accord quant au lieu et à la période de départ, mais le jeu peut en valoir la chandelle si votre propriété est bien placée.

L’autre solution est la location temporaire, qui pourrait vous permettre d’amortir une bonne partie de vos charges. Un appartement sur la côte Normande pourrait alors bien vous payer votre prochain Voyage en Inde ou au Sénégal.

Soyez fou, participez à des concours !

Tapez “Concours Voyage”, ou encore “Gagner Voyage” sur Google et vous tomberez aisément sur des dizaines et des dizaines de résultats. Si vous n’êtes pas compliqué sur le choix de votre destination et que vous y passez du temps qui sait…peut-être partirez vous aux frais de la princesse.

Travaillez en voyageant

Et profitez-en pour engranger le pécul du Voyage suivant.

Comment, nous direz-vous ? Plus d’infos par ici !

Sur Place

Que faire en cas de perte de passeport en Voyage ?

par Le Tripeur

Passeport.jpg?fit=768%2C514

Ça y est, vous étiez à la moitié de votre séjour en Amérique du Sud, jusque là tout était parfait, quand tout à coup arrive une galère plus importante que les autres. Après avoir déballé cent fois votre valise et vérifié sans cesse vos poches : vous avez perdu votre passeport.

Première chose à faire, appeler qui de droit

Vos lieux d’hébergement précédents

Essayez de vous remémorer la dernière fois que vous avez vu votre document. Si cela fait plus d’un jour, alors contactez immédiatement votre hôte quel qu’il soit pour vérifier qu’il n’a rien trouvé près de votre lit ou dans les parties communes.

Filez au poste de police le plus proche

Rendez-vous à l’antenne locale de la police afin de remplir une déclaration de perte ou de vol. Pour cela rien de plus simple : complétez le document qui vous est fourni et restez patient. Celui-ci vous permettra de passer plus ou moins aisément les différents contrôles que vous pourriez subir jusqu’au moment de vous rendre aux autorités représentatives de votre pays.

Cela est d’autant plus indispensable que si votre destination requiert un visa, il vous faudra absolument pouvoir justifier de la possession dudit bout de papier.

Rendez vous à la section consulaire

Comme dit plus haut, il est nécessaire de se rendre directement au consulat pour amorcer les procédure permettant d’obtenir un laisser-passer ou un passeport d’urgence. Grâce à ce précieux sésame, vous pourrez alors prendre un vol retour.

À savoir que dans ce cas, votre présence physique est indispensable. Heureusement la plupart des pays occidentaux sont très bien représentés, notamment la France, et il ne devrait pas être trop difficile de retrouver l’adresse ou un numéro à joindre.

Si, chanceux que vous êtes, vous avez pu vous vous y rendre aux heures d’ouverture (ce qui n’est pas gagné), vous devrez alors attendre une ou deux journée de plus que les procédures suivent leur cours. Il s’agit généralement de plusieurs coups de fil du consulat aux services de mairie et de préfecture afin de valider votre identité.

Comment se préparer à la perte d’un passeport

Petit pêle-mêle pour limiter la casse :

– Faites une photocopie de vos documents avant le départ et ne gardez que ceux-ci sur vous lorsque vos déplacements ne justifie pas de sortir ou d’emporter votre passeport.

– Notez quelque part les numéros de vos lieux d’hébergement ou emportez une carte de visite si il y en a à disposition.

– De même, gardez à porté de main le contact du consulat ou d’un proche qui pourra les joindre rapidement.

– Vérifiez la présence du fameux document dès que vous changez de logement.

– Pour les plus stressés : glissez votre passeport dans une pochette que vous lierez via un cordelette à votre sac lorsque vous changez de lieu.

– Séparez le de votre argent : ne jamais mettre tous ses œufs dans le même panier, surtout en road-trip !

Surtout restez patients et dites vous que ça fait parti des aléas du Voyage !

InspirationPartir !

Top 10 des films de Voyage inspirants, à regarder absolument

par Le Tripeur

Films.jpg?fit=768%2C536

Simplement envie de rêver ou besoin de chercher l’inspiration pour votre prochain voyage ? Laissez-vous emporter par notre sélection de films de Voyage.

1. Carnet de Voyage

Films 1

Sûrement notre préféré. Basé sur le journal personnel de Che Guevarra, l’histoire raconte sa jeunesse quand, jeune médecin, il dse décide à partir avec son ami à travers un périple en moto en Amérique du Sud. Un bel hommage au Voyage au travers des rencontres et péripéties de notre binôme de néo-voyageurs, et à toutes les réflexions qu’apporte une telle expérience.

2. Into the Wild

Films 2

Le film a beau être récent, il est vite devenu un classique du genre. À peine diplômé, Christopher décide de tout plaquer et de partir dans une aventure qui le mènera jusqu’en Alaska, où il tentera de vivre une vie reculée dans la nature. Il y a ce qu’on vit, il y a ceux qu’on laisse, et puis ceux qu’on rencontre… Un protagoniste dont le Voyage montera à la tête et dont l’histoire vraie donne a réfléchir.

3. La Vie Rêvée de Walter Mitty

Films 3

Un fable poétique sur un grand timide au quotidien anonyme. Dans sa petite vie d’éditeur qu’il trouve sans relief, Walter ne se satisfait pas. Afin de ne pas perdre son travail, celui-ci va se décider à se lancer dans l’aventure d’une vie. Simple et terriblement efficace.

4. À Bord du Darjeeling Limited

Films 4

Film délirant sur trois frères qui ne se sont pas parlés depuis des années, et que le destin a réuni lors d’un trajet en train à travers une Inde idéalisée et pleine de couleurs. Tous souffrent de dépression et alors que rien ne semble bien se passer, une succession d’événements va les mener dans une quête de soi magnifiquement filmée.

5. L’Auberge Espagnole

Films 5

Premier épisode de ce qui est devenu une trilogie (suivie des Poupées russes et de Casse-tête Chinois). Le film raconte l’histoire de Xavier, étudiant légèrement fermé et dont l’expérience du monde se résume à peu de choses. Lors d’un Erasmus, Xavier va se retrouver logé dans une colocation barcelonaise des plus dingues, où il fera l’apprentissage d’une nouvelle vie aux côté d’étudiants internationaux. Une toile basée sur de véritables expérience et qui fait un bien fou !

6. Septs ans au Tibet

Films 6

Que c’est beau ! Un montagnard autrichien part explorer l’Himalaya à l’aube de la seconde guère mondiale. Après s’être fait capturé, celui-ci s’évade et se retrouve dans la capitale tibétaine où il rencontre le tout jeune Dalaï Lama, quelques temps avant l’invasion du pays par les forces chinoises. Cette rencontre le changera à jamais. Une belle leçon sur les capacités du Voyage changer ce que nous sommes.

7. Slumdog Millionaire

Films 7

Le mariage explosif de Bollywood et d’Hollywood. Jamal, jeune homme tout droit sorti des bidonvilles de Mumbai, se retrouve au poste après avoir gagné la finale locale de Qui veut gagner des millions. Celui-ci raconte alors aux policiers la succession d’expériences de vie qui l’ont mené à la victoire. Plein de couleurs pour un film qui donne clairement la pèche.

8. Out of Africa

Films 8

Un hommage à la beauté du continent africain. La propriétaire d’une plantation de café située au Kenya s’éprend d’un aventurier. On pensera ce qu’on veut de la romance, mais impossible de ne pas tomber amoureux des paysages fabuleux qui sont offerts aux yeux des spectateurs.

9. One Week

Films 9

Allant vers sa trentaine, Ben apprend qu’une maladie grave ne lui laisse qu’une semaine à vivre. Ce dernier plaque tout, refuse les traitements expérimentaux proposés et achète la moto de ses rêves (oui, encore une) pour rejoindre Vancouver depuis Toronto. Un film simple et efficace pour de vrais belles scènes de road-trip.

10. Le Grand Voyage

Films 10

Une étonnante surprise pour un film pourtant peu connu. Réda, la vingtaine et bachelier en Provence, se voit contraint d’accompagner son père en voiture à la Mecque. Une grande traversée d’Europe qui permettra alors aux deux protagonistes de combler le fossé générationnel et culturel.

Ce qui est marrant c’est qu’on peut constater que les films de Voyage se basent souvent sur une fuite d’un personnage face à un événement fort de sa vie. Heureusement, nul besoin d’en arriver là pour partir et vivre à fond l’expérience 🙂

Avant le DépartPartir !

Mythes et réalités de la voyageuse en solitaire

par Le Tripeur

Au-Féminin.jpg?fit=768%2C512

Pourquoi les hommes seraient-ils les seuls à jouir du privilège de partir parcourir le monde ? Bien que cela puisse paraitre quelque peu effrayant à certaines d’entre vous, nous allons démystifier les appréhensions que vous pourriez-avoir. C’est tout à fait possible ! Suivez nos conseils afin de vous préparer sereinement en vous basant sur l’expérience d’une voyageuse en solitaire.

1. L’appréhension

Le ressenti : Vous ne connaissez aucune femme qui a déjà fait cette expérience dans votre entourage, votre famille, vos ami(e)s et compagnon vous disent que ce n’est pas raisonnable. Pourtant vous la sentez bien poindre cette envie, mais elle vous fait peur. Vous ne pouvez vous empêcher de vous dire que vous serez vulnérable, seule au monde.

La vérité : Voyager c’est aussi se mettre en danger. Mais un certain danger sur lequel il est tout a fait possible d’avoir le contrôle, jusqu’à le maîtriser.

Oui c’est vrai, une femme voyageuse devra prendre plus de précaution qu’un homme. Mais ces précautions ne seront jamais aussi limitantes que vous ne le pensez, et vous pourrez jouir d’une réelle liberté dans bien des pays. Que l’on soit un homme ou une femme, jeune ou vieux, on se doit d’accepter une part d’inconnu quoi qu’il en soit alors…attention à la contamination de vos pensées par les proches ! Rassurez-les en vous renseignant : il existe des centaines et des centaines de témoignages de road-tripeuse sur internet, et il ne fait pas toujours bon de regarder le sensationnalisme des journaux sur ces questions.
En sommes, soyez informée et prête à répondre à toute question afin de prouver que vous avez le contrôle, promettez leur des messages réguliers si besoin !

2. La sécurité

Le ressenti : Vous vous dites que jamais vous ne sauriez vous défendre en cas de mauvaise rencontre, que celle-ci pourrait mal tourner.

La vérité : Cela peut aussi bien arriver à un homme. Et à quel point est-il plus dangereux pour une femme seule de rentrer en pleine nuit d’une soirée bien arrosée ? Nous ne tenterons pas de répondre à la question, mais simplement de soulever un point intéressant : c’est qu’en vous renseignant et choisissant l’environnement dans lequel vous évoluerez, vous mettrez 99,9% des risques potentiels de côté.

Le bon sens est aussi de la partie : on évitera les bijoux voyants et le maquillage devra se faire discret dans certains pays, etc.
Ce genre de situation extrême a une probabilité quasi-nulle à partir du moment où l’on sait ce que l’on fait et comment on veut le faire. Ce qui nous amène au point suivant…

3. Le choix de la destination

Le ressenti : Les pays Occidentaux vous semblent être le choix évident, bien sûr vous auriez aimé remonter le Vietnam par les terres ou visiter Cuzco mais bon, vous n’êtes pas prête pour une telle expédition.

La vérité : Il est étonnant de voir quelques faits très parlant. Par exemple, saviez-vous que vous seriez bien plus en sécurité au Swaziland, petit pays africain en bordure de l’Afrique du Sud, que dans bien des pays européens ? Bizarre ? Pas tant que ça, beaucoup de pays sont girl-friendly, citons au passage quelques destinations exotiques :

  • Le Costa Rica
  • Le Bouthan
  • L’Australie
  • La Nouvelle-Zélande
  • Le Laos
  • Singapour
  • Le Chili
  • Etc…

Et pour le reste ? Une fois de plus il est nécessaire d’aller chercher l’information, mais l’immense majorité vous sont accessibles, certains requérant un peu plus d’attention quant aux us et coutumes : port du voile, se prétendre mariée en ornant une bague à l’annulaire, ou ne pas dévoiler chevilles ou épaules par exemple.

Bref, avec un bon recul sur la vie locale et les choses à faire/ne pas faire, la plupart des destinations vous seront tout à fait ouvertes.

4. La solitude

Le ressenti : La peur de se sentir seul étreint tout voyageur mais…n’est-ce pas plus difficile de faire des rencontres en tant que femme ?

La vérité : Vous ne serez jamais seule si vous le désirez. Vous n’imaginez pas le lien qui se peut se créer avec les autres voyageurs/voyageuses et les locaux. Vous avez même un avantage : là ou beaucoup craignent de faire connaissance avec une femme accompagnée, vous sembleraient plus abordable à bien des gens curieux de vous connaitre en tout bien tout honneur.

Plus intéressant encore pour les solo, un road-tripeur a toute les chances de faire un bout de chemin avec des compagnons de routes rencontrés à l’auberge ou ailleurs au fur et à mesure des rencontres ! Et si c’était le moment de rencontrer des nouvelles têtes ?

5. Ne pensez plus aux 4 points précédents et lancez-vous !

Rien ne vous en empêche, si ce n’est des contres-vérités entendues ça et là. Et si vous le désirez, testez les endroits qui vous rassurent sur un petit séjour, et laissez vous happer par le tourbillon du voyage vers d’autres destination ! Le monde est face à vous !

Avant le DépartTrucs & Astuces

Les 10 secrets pour obtenir un vol au prix le plus bas

par Le Tripeur

Bien-choisir-son-vol.jpg?fit=768%2C512

Train, avion, bateau, de nos jours tout est bon pour partir découvrir, s’enrichir d’une nouvelle culture et de nouvelles habitudes, ou aller à la conquête d’un continent ou d’un pays encore méconnu. Petit soucis : les sites de comparaison ne le savent que trop bien.

Alors comment organiser son vol sans se faire avoir ? Quelles sont les solutions idéales pour obtenir les meilleurs prix ? Qu’est-il conseillé de faire avant de partir en avion dans un autre pays, sur un autre continent, à l’autre bout du monde ? Toutes les réponses à ces questions dans les lignes qui suivent.

Etape 0 : Supprimez vos cookies, naviguez en privé !

Vous n’avez rien compris ? Ce n’est pas grave ! Les comparateurs en ligne peuvent pister vos habitudes de connexion grâce aux cookies. Si ce n’est pas la première fois que vous venez comparer (et re-comparer) un vol donné sur leur site, ils en déduiront votre attirance pour le vol que vous regardez. Les voyagistes tenteront alors un petit coup de psychologie inversé en faisant parfois rapidement augmenter les prix, afin de presser l’achat.
Votre navigateur peut facilement s’en débarrasser, il suffira alors de continuer votre recherche en mode “privé” afin d’être tranquille de ce côté.

Autrement, essayez de regarder aux heures creuses : la nuit ou en semaine en plein après-midi, à l’heure où les sites sont le moins fréquenté (il existe même une légende pas franchement vérifiée selon laquelle le mardi à 15h serait la meilleure des heures de consultation).

1. Prendre le temps de la comparaison

De toute évidence, la première étape qui se pose pour toutes les personnes qui souhaitent profiter de leurs vacances pour partir à l’étranger est celle de la réflexion et de la comparaison. Le marché est quasi-saturé et les agences – virtuelles ou non – jouent des coudes pour plaire, tout en arrachant les tarifs les plus hauts possibles.

2. Réservez tôt…mais pas trop !

Vous comptez vous envoler en période scolaire ? Réservez tôt, généralement plus de 6 mois à l’avance afin de vous protéger du flux important de touristes qui feront indubitablement monter les prix.
En période creuse ? Les prix seront plus bas à partir de 1 à 2 mois avant votre départ.
Ceci peut varier pour les compagnies à bas-coût qui mettent généralement leurs vols en ligne seulement quelques mois à l’avance.

3. …Ou réservez très tard et croisez les doigts

Afin de remplir les places laissées vacantes, les prix peuvent baisser d’un coup, et parfois fortement. Il va vous falloir être attentifs et regarder plusieurs fois dès une semaine avant le départ, jusqu’à ce que le prix vous semble raisonnable.

Si vous n’êtes vraiment pas frileux, ça peut être l’opportunité de tenter un coup de poker en n’ayant pas prévu la destination (attention à avoir le temps de faire le visa si besoin !).

4. Un résultat vous intéresse ? Passez par le site de la compagnie, une bonne surprise peut arriver

Les promotions mises en ligne par les compagnies aériennes ne sont que rarement répercutées par les comparateurs. Prenez 5 minutes pour vérifier, on ne sait jamais !
Ceci est d’autant plus vrai pour les vols internes et les surcoût importants qu’ils affichent sur les plates-formes comparative.

5. Partez en milieu de semaine aux horaires matinaux, faites pareil pour le retour

Les économies seront bien là. Dans le but de remplir les avions, les compagnies n’hésitent pas à casser les prix d’une dizaine de pour-cents ou plus durant ces périodes considérées comme peu attrayantes.

6. Soyez flexibles

Souvent les comparateurs vous afficherons une grille décalant vos dates quelques peu, mais permettant d’obtenir un meilleur tarif. Plus de flexibilité représente plus de chance de saisir une bonne opportunité.

7. Ne craignez pas les escales

Elles restent parfois un moyen de payer bien moins cher son billet, et si l’escale se révèle très longue (15h+), voyez-y une opportunité de visiter votre ville de passage et d’y prendre un repas tout en vous offrant une marche.

Les procédures sont souvent très allégées dans ces cas, et une sortie d’aéroport ne devrait pas être trop compliquée, votre billet prouvant que vous êtes en transit.

8. Devenez membre des programmes de fidélité

…et accumulez des miles. Les miles sont attribués à chaque vol effectués au sein d’une même alliance aérienne (réunion de plusieurs compagnies en un programme de fidélisation commun).
Avec suffisamment de miles accumulés, vous devriez sans problème accéder à des prix plus bas si vous voyagez régulièrement, voire exceptionnellement vous faire surclasser ou profiter du salon VIP.

Renseignez-vous sur ces programmes, l’adhésion de base est gratuite.

9. Cherchez des aéroports différents dans le pays qui vous intéressent

Pourquoi ne pas voir cela comme une opportunité de débuter votre road-trip depuis un autre lieu, parfois rien ne vous empêche d’arriver et repartir de villes distantes.

10. Profitez des sites de “Flight Hacking”

Aucune envie de faire ce qui représente tout ce même un bon boulot ? Ces sites vous permettent pour relativement peu cher de laisser un connaisseur faire ce travail de recherche (Tripeurs que nous sommes, apprendre à optimiser sa recherche de vol soi-même devrait néanmoins être de plus en plus aisée à mesure que vous saurez composer avec les différentes astuces).

Bonne recherche et bon vol !

Abonnez-vous pour faire le pleins d'infos Voyage !


(Vous détestez les spams ? Ça tombe bien nous aussi.)